Canne à sucre

La mélasse : un aliment génial !

La canne c’est le sucre, mais pas seulement -17-

Georges Gauvin / 22 novembre 2014

Si ce que j’écris est vrai, concernant la mélasse, comme La Réunion est un producteur non négligeable de canne à sucre et que la canne à sucre génère, au cours de ses transformations successives jusqu’à trente kilogrammes de mélasse par tonne de canne, on devrait trouver ce super aliment un peu partout. Je ne pense pas qu’il en soit ainsi parce que là où je suis allé je n’ai pas pu m’en procurer. Si j’avais cherché de la mélasse de betterave, de grenade, de caroube… peut-être ma quête aurait-elle été plus fructueuse mais rien ne le prouve. Ceci dit, les renseignements que j’ai pu glaner ici ou là montrent qu’il n’y pas leu de négliger la mélasse de canne à sucre.

Survol des bienfaits revendiqués par les partisans de la mélasse

Certes, la mélasse n’est pas une panacée et nombre de plantes de nos contrées possèdent des vertus médicinales reconnues. Mais la mélasse a des atouts certains pour contribuer à nous garder en bonne santé. Nous avons déjà décliné la composition de la mélasse et montré à cette occasion sa richesse en vitamines B, et en oligo-éléments notamment le potassium, le calcium, le fer et bien d’autres. Dès lors, du fait de ce qui précède la mélasse permet d’aider les personnes à la lutte contre les maladies. Son efficacité n’est pas à dédaigner notamment dans le traitement des anémies autres que celles générées par des facteurs psychosomatiques, les maladies de la peau comme les dermatoses, les eczémas et les psoriasis. On notera aussi ses effets positifs pour combattre les taches de grossesse et le mal être dû à la ménopause. Son effet n’est pas à rejeter dans le traitement de l’hypertension, les embarras de la vessie ; on dira que si la mélasse ne guérit pas de tout, elle y contribue pour bon nombre de maladies, en aidant l’organisme à retrouver son équilibre compromis.

Avertissement

L’automédication n’a jamais été une ligne de conduite à adopter, et les tisanes de grand-mère ne remplacent pas toujours des médicaments aux effets confirmés par l’expérimentation sur plusieurs années et testées sur des dizaines voir des centaines de cas.. Le mieux c’est quand-même de s’adresser à des professionnels de santé qui peuvent donner leurs conseils avisés et éviter d’aggraver l’état de santé des personnes par la prises de compléments alimentaires considérés, à tort ou à raison, comme des médicaments miracles.

Quelques modes d’administration.
En cure : une cuillère à café diluée dans de l’eau chaude (un demi-verre). Pour une meilleure digestion on complètera la mixture précédente à l’aide de la poudre de gingembre ; Quelques gouttes de citron amélioreront le goût de la mélasse ; on s’en servira également pour donner du goût à des infusions, éventuellement pour changer un peu le goût des yaourts nature.

Vocabulaire : antidote et médicament


« Les antidotes » permettent de combattre l’agression violente d’un empoisonnement.
« Le médicament »permet de lutter contre la maladie. La mélasse n’est ni un antidote, ni un médicament mais pourquoi ne servirait-elle pas un jour à condition que l’on se donne les moyens de la recherche, à l’élaboration de traitements. Des pistes intéressantes ont été élaborées, mais il y a loin des premières démarches à l’obtention de traitements certifiés.


Kanalreunion.com