Canne à sucre

La sonde reconnue défectueuse

Planteurs en colère : Opération escargot entre Saint-Benoît et Saint-Denis

Témoignages.re / 13 septembre 2012

Après avoir été reçus à la DAAF (Direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt) hier dans la matinée, les planteurs en colère se sont rendus dans l’après-midi à la plateforme de Beaufonds à Saint-Benoît. Des experts de la DAAF et du CTIS (Centre technique interprofessionnel de la canne et du sucre) ont ainsi procédé à des tests sur la sonde de prélèvement, destinée à mesurer la richesse de la canne à sucre. Une anomalie a été détectée. La sonde a été reconnue « défectueuse ». Pour rappel, les planteurs protestent contre le protocole de prélèvement des cannes. Ils estiment perdre en richesse.

Les planteurs ont décidé de durcir le ton. Le convoi d’une trentaine de tracteurs, au départ, a pris le départ de Saint-Benoît vers 8 heures. Rejoint par d’autres engins en cours de route, il avait fait une halte à Bois-Rouge à Saint-André avant de rejoindre Saint-Denis, occasionnant des perturbations de la circulation.

Les planteurs sont arrivés aux alentours de 11 heures à la DAAF où une réunion devait avoir lieu. Il s’agissait d’éclaircir la situation, selon Frédéric Vienne, Président de la FDSEA. Ces derniers ont été reçus et ont obtenu la réalisation de tests hier après-midi à Beaufonds à Saint-Benoît. Des tests réalisés par des experts de la DAAF et du CTIS sur la sonde mis en cause.

Si les deux parties ont campé sur leur position pendant un moment — les experts estimant qu’il n’y avait pas d’anomalies —, il a été finalement reconnu que la sonde était défectueuse.

Rappelons que pour les planteurs, la sonde employée par les agents du CTIS pour prélever les cannes pose problème. Ces derniers disent avoir constaté des irrégularités dans la qualité de l’échantillon, faisant ainsi perdre à la canne de sa richesse.

Les manifestants réclament une aide financière pour les pertes occasionnées depuis le début de la campagne sucrière. Depuis lundi, ils bloquent l’usine de Bois-Rouge à Saint-André. Les plateformes de réceptions du Nord-Est ont également été paralysées tandis que le blocage de l’usine du Gol à Saint-Louis a été levé.

À noter que ces actions sont décriées par la CGPER, autre syndicat agricole, qui estime qu’elles sont liées aux prochaines élections à la Chambre d’agriculture. Un ralé-poussé a d’ailleurs opposé, ce mardi 11 septembre, planteurs de la FDSEA à la CGPER à l’usine du Gol à Saint-Louis.

(Source : Imaz Press Réunion)


Kanalreunion.com