Canne à sucre

Le jus de canne frais

La canne c’est le sucre, mais pas seulement -2-

Georges Gauvin / 9 octobre 2014

Le jus obtenu en écrasant la canne à sucre et en la passant dans une presse est succulent et frais, mais le broyage doit être réalisé au plus tard 36 heures après la coupe des cannes et encore le jus qui fermente rapidement n’est-il plus bon à la consommation au bout de vingt-quatre heures. C’est son plus lourd handicap…. Sa composition est la suivante : 70 % d’eau, 14 % de saccharose, 14 % de matière ligneuse et 2 % d’impuretés. Très énergétique, stimulant et très nutritif, il est recommandé aux sportifs ainsi qu’aux travailleurs aussi bien manuels qu’intellectuels (à noter que pour atténuer l’effet néfaste de l’alcool il est recommandé de sucer des morceaux de canne). Un verre de Jus (100 ml) vous apporte des vitamines B1, B2, B3 et C, du calcium, du phosphore, du fer et de l’énergie à revendre.
Le jus de canne à sucre traditionnel est un produit domestique artisanal, facilement obtenu. Sa dénaturation rapide limitant sa distribution et sa consommation. Afin de préserver ses qualités organoleptiques, sanitaires et commerciales, l’INRA – Antilles-Guyane a mis au point un procédé de microfiltration, éliminant les microbes et permettant d’obtenir un jus qui se conserve facilement donc un produit stabilisé.C’est ce procédé qui a permis à Mauricia Rangassamy, une agricultrice de Guadeloupe de mettre au point un jus de canne appelé Kanasao qui dépasse aujourd’hui de loin le cadre géographique et commercial de la Guadeloupe. L’agricultrice de Sainte-Rose en Guadeloupe a crée son entreprise en 2006, après avoir obtenu la mise à disposition du brevet de l’INRA. Très vite, la demande locale a excédé l’offre. Rapidement, il a fallu arrêter la production, agrandir l’usine qui emploie aujourd’hui 17 salariés et ouvriers hautement qualifiés et deux ingénieurs. Kanasao produit 14 tonnes de jus par jour, trois fois par semaine. Il est très présent sur le marché européen… A coup sur, un bel exemple de réussite économique

Vocabulaire : le fangourin ou frangourin


C’était un moulin destiné au broyage des cannes à sucre . Il se présentait sous la forme de deux cylindres, verticaux ou horizontaux, tournant en sens opposé. Les cannes introduites à la main, sont broyées par les cylindres et le jus s’écoulait dans un récipient. Il fermentait alors et donnait une boisson alcoolisée assez peu, parfois appelée le vin de canne ou bien fangourin ou frangourin. La bagasse était évacuée par les rouleaux et s’entassait près du moulin. Les esclavagistes se plaignaient souvent que les esclaves indisciplinés se livraient la nuit à des orgies en s’enivrant de vin de canne à sucre, tout en dansant et chantant au son des instruments de musique traditionnels. Le moulin était mu par la force des bras des hommes, ou bien par la force de traction animale, souvent le mulet.


Kanalreunion.com