Canne à sucre

Les biocarburants de première et deuxième génération

La canne c’est le sucre, mais pas seulement -33-

Georges Gauvin / 6 janvier 2015

Dans notre chronique du samedi 3 janvier 2015 (faire son éthanol perso dans son garage ou son jardin) ainsi que dans celle du mardi 30 décembre à propos d’un projet de centrale électrique cent pour cent biocarburant qui sera développée par Albioma prochainement à La Réunion, nous avons évoqué la question de l’éthanol, un biocarburant produit à partir de la biomasse venant en substitution partielle ou totale d’un combustible fossile.

Dans le domaine des bio ou agro-carburants, Il existe actuellement deux filières principales :

· filière huile et dérivés, comme l’huile végétale carburant, le biodiesel ; mais aussi de graisses animales ou des acides gras divers (algues..)
· filière alcool comme le bioéthanol, à partir de sucres, d’amidon, de cellulose ou de lignine hydrolysées.

D’autres formes moins développées, voire simplement au stade de la recherche, existent aussi : carburant gazeux (biogaz carburant, dihydrogène), carburant solide, etc.

Les biocarburants de première génération :

Les biocarburants de première génération font l’objet de critiques, car ils sont produits à partir de cultures destinées à l’alimentation : ainsi les oléagineux, le maïs… Quand on sait que 900 millions de personnes dans le monde souffrent de malnutrition chronique il est regrettable que ces cultures soient détournées au profit de l’alimentation en carburant des moteurs.

Qu’en est-il des plantes à sucre comme la canne et la betterave ? On ne peut pas dire que la mélasse serve directement à l’alimentation humaine, mais elle est d’une grande utilité dans l’alimentation du bétail donc dans la production de viande et de lait ainsi, comme on l’a déjà vu, dans la production de nombreux médicaments comme cela se fait à Cuba depuis de nombreuses années et, bien entendu, comme cela peut se faire ailleurs, à la condition que s’édifient et s’installent des laboratoires orientés vers l’exploitation de la canne et de ses dérivés. On notera aussi que l’agro-carburant E85 fabriqué au Brésil et qui sert en partie à faire voler des avions (Air France Paris-Bordeaux) est un carburant de première génération.

En dehors des plantes à sucre que l’on a évoqué plus haut, que dire de l’utilisation par les Etat-Unis du maïs, en monoculture destructrice des sols et de l’environnement. Quid également des immenses étendues de colza ? Faut-il en faire du biodiésel ou bien de l’huile et des tourteaux et d’autres produits alimentaires ? Il y a bien là un important débat de société. Ce n’est pas parce que l’on est repu, ici ou là, que d’autres n’ont pas le ventre vide…

(à suivre)

.* biocarburants ou agrocarburants : Se renseigner sur internet en tapant (biocarburants de première et deuxième génération)

NB : Je voudrais, en passant, dénoncer par avance le futur projet de raffinerie de pétrole dont Didier Robert serait la cheville ouvrière et si cela se réalisait, de dénoncer une fois de plus cette nouvelle atteinte à un autre projet qui va bien, lui, dans le sens de nos intérêts de réunionnais : je veux parler de l’autonomie énergétique


Kanalreunion.com