Canne à sucre

Les planteurs « presque satisfaits »

Manifestation de la CGPER à Saint-Denis

Témoignages.re / 1er juillet 2011

Hier, pendant toute l’après-midi, une cinquantaine de membres de la CGPER (Confédération générale des planteurs et éleveurs de La Réunion) ont manifesté devant le CTICS (Centre technique interprofessionnel de la canne et du sucre) à Saint-Denis pour protester contre la non-prise en considération de leurs revendications financières par le groupe sucrier Tereos. Après une rencontre de plus de trois heures avec les représentants de Tereos, une délégation de la CGPER annonce que « la situation a bien avancé ».
« On n’est pas encore satisfaits parce qu’il n’y a pas encore d’accord signé. Mais je pense qu’on peut débloquer la situation », a indiqué Jean-Yves Minatchy, président de la CGPER. Les négociations devraient reprendre dès lundi pour signer des accords.

Pancartes, banderoles, musique, ambiance bon enfant, et environ cinquante planteurs rassemblés devant les portes du CTICS. Tout était réuni pour la manifestation des membres de la CGPER. « Nos revendications sont les mêmes depuis plusieurs semaines », a expliqué Jean-Yves Minatchy, président de la CGPER et de la Chambre d’agriculture. « Nous voulons un partage équitable des richesses issues la canne, et notamment de la mélasse », réclame-t-il.
Parmi les revendications des planteurs, entre autres : une bonification de 3 euros du prix de la tonne de cannes pour une production totale inférieure ou égale à 190.000 tonnes, et de 5 euros par tonne de cannes au-delà de ce tonnage de sucre.
Le syndicat demande aussi l’instauration d’un prix plancher de 35 euros par tonne de cannes. 

Jean-Yves Minatchy a par ailleurs souligné : « La filière canne appartient avant tout aux planteurs. Nous pouvons décider à qui on vend notre sucre. Si des pays comme l’Inde, la Chine ou l’Arabie saoudite nous font des offres plus intéressantes, on n’hésitera pas à exporter, au lieu de se faire avoir ici ». 


Une délégation de la CGPER, menée par Jean-Yves Minatchy, a été reçue dans les locaux du CTICS vers 14h30. Après un peu plus de trois heures de discussion, la rencontre a semble-t-il porté ses fruits. « Nous devons poursuivre les discussions dès lundi prochain, afin de parvenir à un accord, mais la situation a déjà bien avancé. Nos revendications ont été prises en compte, et on a vu que les représentants de Tereos étaient prêts à mettre des millions sur la table », a signalé le président de la CGPER.


Kanalreunion.com