Canne à sucre

Madagascar devra produire trois fois plus de sucre que La Réunion

Avec une population de 35 millions d’habitants dans 20 ans

Manuel Marchal / 14 août 2013

A Madagascar, l’augmentation de la population ira de pair avec la hausse de la consommation en sucre. La stratégie choisie est de privilégier les exportations vers l’Europe, et d’importer d’Egypte ou d’Asie les quantités nécessaires aux besoins du pays. D’ici 20 ans, Madagascar devra donc produire plus de 700.000 tonnes de sucre. Si son objectif reste l’exportation, alors ce sera une importante quantité qui cherchera à être vendue sur le marché mondial, dans les mêmes conditions que le sucre produit à La Réunion.

JPEG - 88.9 ko
À La Réunion, la mécanisation est déjà bien avancée dans la culture de la canne. Cette technologie pourra être utilisée par les Malgaches, qui ont de plus grandes superficies à cultiver.

La consommation actuelle de sucre à Madagascar est de 160.000 tonnes, ce qui représente 7,5 kg par habitant, pour une population de 21 millions de Malgaches. La production est de 100.000 tonnes, pour trois usines. La stratégie, c’est d’exporter le maximum sur le marché européen où le sucre malgache est très apprécié, et d’importer cette marchandise d’Egypte ou d’Asie pour répondre aux besoins de la population. L’an dernier, Madagascar a exporté 40.000 tonnes vers l’Europe, dont la totalité de la production d’une de ses trois usines. La balance entre production et consommation fait apparaître un déficit de 60.000 tonnes. L’objectif est de devenir exportateur net, donc de produire plus que la demande intérieure.

Priorité à l’exportation

En 2030, Madagascar sera peuplée de plus de 35 millions d’habitants. La consommation actuelle de sucre par habitant de Madagascar correspond à celle de la France en 1918, fin de la Première guerre mondiale, et durant la Seconde, c’est-à-dire pendant des périodes de crise en Europe.

Sur la base du niveau de vie actuel, la consommation à Madagascar pour plus de 35 millions d’habitants sera alors proche de 270.000 tonnes. Si le développement du pays se traduit par une demande par habitant équivalente à celle de l’Inde en 2010, alors ce serait plus de 600.000 tonnes de sucre qui seraient nécessaires.

Autrement dit, si Madagascar se fixe comme objectif d’être un pays exportateur net de sucre, son industrie devra donc produire sans doute plus que 700.000 tonnes par an dans 20 ans. Si sa stratégie restait la même, le but serait de tout exporter.

Cela représenterait plus de trois fois la production réunionnaise, avec un coût de production qui ne serait pas celui d’une région de l’Union européenne.

De trois à cinq usines

Avec à peine 100.000 tonnes aujourd’hui, Madagascar se situe bien loin de Maurice (400.000 tonnes au moins par an) et La Réunion (aux alentours de 200.000 tonnes).

Le dépassement de l’autosuffisance en sucre de Madagascar va tout bousculer. C’est un géant qui va s’éveiller, car pour satisfaire cette exigence, Madagascar devra produire à elle seule plus de sucre que Maurice et La Réunion ensemble aujourd’hui. "Midi Madagascar" ne fait pas mystère de la volonté de relancer la production dans deux autres usines, ce qui fera un total de cinq unités de production.

Sachant que la population de Madagascar va continuer d’augmenter, et que ses besoins en sucre suivront la même tendance, alors ce sera chaque année de plus en plus de sucre malgache qui viendra concurrencer celui de La Réunion vendu en Europe, en étant soumis aux mêmes règles : pas de quota ni de prix d’achat garanti. Si au fil de ces années, les usiniers de Madagascar arrivent à avoir la même productivité qu’à La Réunion, cela signifiera l’apparition d’un nouveau concurrent qui aura un coût de production plus faible. Comment anticiper ?

Manuel Marchal

Objectifs minimaux de production

Sur la base des projections démographiques, voici les prévisions minimales de sucre produit à Madagascar en 2030 et en 2060. Madagascar ambitionne de devenir exportateur net. Cela signifie que ces nombres devront être dépassés pour que cet objectif soit atteint.

Année Population de Madagascar Autosuffisance si consommation par habitant égale à aujourd’hui Autosuffisance si consommation par habitant égale à l’Inde en 2010
2030 35 millions 270.000 tonnes 674.500 tonnes
2060 67 millions 510.500 tonnes 1.273.000 tonnes