Canne à sucre

Pourquoi pas de la bétaïne naturelle à partir de la canne ?

La canne c’est le sucre, mais pas seulement -23-

Georges Gauvin / 6 décembre 2014

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer les possibilités de développer des médicaments à partir de la canne à sucre et de ses produits dérivés. Pour mémoire, nous avons pris soin d’indiquer les bienfaits que l’on peut tirer de la mélasse de canne à sucre non seulement comme remèdes de grand-mère, mais aussi de compléments alimentaires, et éventuellement comme médicaments testés par les agences du médicament…J’ai lu, il y a peu, dans un document sur la recherche et développement au sein de l’entreprise Tereos, seule ou en coopération avec d’autres entreprises la création du plus grand centre mondial de production de bétaïne naturelle.

JPEG - 48.2 ko
Un médicament pour faciliter la digestion.

Le plus grand centre mondial de bétaïne naturelle

DuPont, firme américaine et Tereos, acteur majeur dans la transformation de la betterave à sucre, de la canne à sucre et des céréales, ont célébré il y a quelques années l’achèvement de leur projet d’investissement commun avec l’annonce du lancement de la première unité de production au monde de bétaïne naturelle à partir de Vinasse de betterave. Le site de production, fonctionne 24h sur 24, 235 jours par an soit pendant la durée de la récolte de betterave sucrière. La nouvelle unité de production de bétaïne est implantée dans la distillerie actuelle de Tereos à Origny-Sainte-Benoîte (France). Le site, qui est la plus grosse distillerie de betterave à sucre au monde est devenu le principal site de production de bétaïne d’origine naturelle du monde.

Un excellent complément alimentaire pour la santé du cheptel.

La bétaïne d’origine naturelle est utilisée dans une large gamme d’applications différentes sur de nombreux marchés et constitue notamment un additif technique majeur de l’alimentation animale. Pour DuPont Industrial Biosciences, la bétaïne naturelle, commercialisée sous la marque Betafin® est au cœur de la stratégie du groupe visant à fournir des solutions innovantes en matière de nutrition-santé à l’industrie de l’alimentation animale. Grâce à son effet régulateur sur la pression osmotique qui favorise l’hydratation, ce produit apporte aux industriels une valeur exceptionnelle qui améliore la santé intestinale du bétail et réduit l’impact négatif du stress dû à la chaleur et les risques de maladies susceptibles de perturber l’équilibre hydrique des animaux…

Et la canne alors ?

Bien entendu la bétaïne n’est pas seulement destinée à l’alimentation animale et tous ceux qui pour les besoins de mauvaise digestion utilisent du citrate de bétaïne – un des médicaments les plus employés en France – savent de quoi je veux parler. Ce qui étonne et détonne un peu dans les études de Téréos, c’est qu’il s’agit la plupart du temps de production à partir de vinasse de betterave. Il est bien rare d’entendre parler de la production de bétaïne à partir de la canne. Pourtant !

Vocabulaire : la vinasse


On presse la betterave et l’on obtient le jus sucré. Idem pour la canne. On réduit le jus de betterave et l’on obtient un sirop concentré. Pareil pour la canne ! On fait cristalliser le jus concentré de betterave et l’on obtient du sucre et de la mélasse. Vrai aussi pour la canne. Le travail de la mélasse de betterave donne l’alcool de betterave et la vinasse. Pour la canne, il en est tout à fait ainsi... De la vinasse de betterave on obtient de la bétaïne. Pour la vinasse de canne, il n’y a pas de raison qu’il en soit autrement.


Kanalreunion.com