Canne à sucre

Quelques lignes d’introduction

La canne c’est le sucre, mais pas seulement -1-

Georges Gauvin / 7 octobre 2014

La culture de la canne à sucre est en danger à La Réunion. Dans l’intérêt de notre pays, Il faut la sauver. Non seulement pour ce qu’elle représente pour l’histoire de La Réunion, pour notre culture et la défense de notre environnement, mais encore pour ses potentialités qui sont grandes. En effet, la canne, ce n’est pas seulement le sucre industriel et quelques rares « sous-produits », mais ce sont encore des centaines de produits dont la mise en valeur peut constituer une base importante pour notre développement économique à caractère durable. Cette chronique vise à en informer les Réunionnais en vue de sauver notre principale activité agro-économique du pays.- chronique à lire le mardi, jeudi et samedi dans votre journal Témoignages.

JPEG - 33.9 ko
Au premier plan, un pied de canne Rat gros ventre, origine de Nouvelle Guinée. Un spécimen préservé dans la cour de la DAF. (photo M.M.)

La canne à sucre est une graminée. Elle est domestiquée depuis neuf mille ans environ. En Perse, l’actuelle Iran, la canne est cultivée depuis 600 ans avant Jésus Christ. Son origine géographique serait la Nouvelle Guinée d’où elle a gagné l’ensemble de l’Océanie, puis l’Inde, les pays arabes et les pays riverains de la mer Méditerranée et le reste du monde tropical .

Pourquoi et à quelle date s’est elle implantée dans les colonies insulaires françaises ? C’est lorsque Saint Domingue s’est soulevée que le royaume de France a décidé de la faire cultiver à grande échelle ailleurs dans les îles tropicales sous domination de La France. C’est ainsi qu’elle est devenue la principale culture d’exportation en Martinique, Guadeloupe et dans l’île Bourbon (La Réunion). C’est au début du XIXe siècle qu’il convient de dater la culture de la canne à grande échelle, chez nous.

A l’échelle mondiale la production cannière représente plus d’un milliard trois cents millions de tonnes soit plus de vingt pour cent de la production agricole mondiale. A La Réunion la production, après avoir tutoyé les deux millions de tonnes, s’est tassée un peu ces dernières années.

Les principaux pays producteurs de canne à sucre sont aujourd’hui l’Inde, Le Brésil, La Thaïlande, la Chine, l’Australie et le Guatemala… On trouve encore la canne à sucre dans les îles tropicales comme l’île Maurice, Cuba, La Réunion. Notons encore que la canne à sucre fournit aussi les deux tiers du sucre mondial.

A quoi sert essentiellement la canne à sucre ? A la fabrication de sucre roux ou blanc, à la production d’alcools de bouche, à procurer du fourrage pour les animaux, le bio-éthanol est une production en développement. Mais, comme je l’ai écrit plus haut notre vulgarisation porte sur les potentialités de la canne à sucre que nous commencerons à décliner à compter de cette semaine.

Vocabulaire


Le saccharose est plus simplement appelé « le sucre ». Il est extrait de la betterave sucrière ou de la canne à sucre. Les principaux composants du saccharose sont le carbone, l’hydrogène et l’oxygène. Le saccharose est un sucre simple formé par la condensation d’une molécule de glucose et d’une molécule de fructose.


Kanalreunion.com