Canne à sucre

Solidarité active du PCR avec la lutte des planteurs

Le secrétaire général, Maurice Gironcel, et Ary Yée Chong Tchi Kan devant la préfecture

Manuel Marchal / 8 juillet 2017

La bataille menée par les planteurs pour un juste prix de la canne à sucre continue de s’amplifier. Hier, Maurice Gironcel et Ary Yée Chong Tchi Kan ont renouvelé le soutien du Parti communiste réunionnais à ce combat en rencontrant les manifestants rassemblés devant la préfecture. Ce matin, de retour à Paris où elle a rencontré la ministre des Outre-mer, la sénatrice Gélita Hoarau s’adressera aux planteurs. D’autres organisations ont également témoigné de leur solidarité hier, notamment la CGTR Ports et Docks représentée par son secrétaire général Danio Ricquebourg, et Jacky Balmine au nom de la CGTR-BTP. La mobilisation se renforce pour que la cause des planteurs puisse triompher.

JPEG - 88 ko

La journée de jeudi s’était conclue par l’annonce par la préfecture du bilan des négociations entre Tereos et les représentants planteurs. Un total de 7 millions d’euros au profit des planteurs avaient alors été obtenus. Cette somme englobe non seulement une hausse du prix de la canne à sucre mais en plus des aides de l’État. Elle est donc loin des 6 euros par tonne d’augmentation du prix de base de la tonne de canne à sucre revendiquée par les planteurs.

CGPER, FDSEA et JA se sont donc réunis toute la journée pour faire part de nouvelles propositions à Tereos. Les discussions ont porté sur le prix de la canne livrée par les planteurs utilisant la coupeuse canne longue. Les autres points n’ont pas été abordés. En conséquence, les planteurs ont donc maintenu leur mouvement. L’activité s’est concentrée à deux endroits : la place du Barachois devant la préfecture à Saint-Denis, et l’entrée de la centrale thermique du Gol à Saint-Louis.

Nouvelles actions

À Saint-Louis, les manifestants ont reçu la visite d’Huguette Bello, députée de La Réunion, ainsi que de Max Banon, responsable de la CGTR dans la Sud. À Saint-Denis, c’est le député Thierry Robert qui est venu saluer les planteurs dans la matinée avant que sa collègue Nadia Ramassamy fasse de même l’après-midi. Entre temps, une dizaine de planteurs a organisé une opération escargot dans les rues de Saint-Denis. Partis de la place du Barachois, ils ont longé le front de mer de Saint-Denis jusqu’au Butor avant de revenir par le boulevard Sud et la rue de Paris. Les manifestants voulaient sensibiliser Gilbert Annette, maire de Saint-Denis, à la justesse de leur cause.

Rencontre avec le PCR

En milieu de journée, Maurice Gironcel, secrétaire général du PCR, et Ary Yée Chong Tchi Kan, secrétaire du PCR aux relations internationales, ont rencontré les planteurs rassemblés au Barachois. Au cours de cet échange, les deux dirigeants ont distribué des exemplaires de Témoignages relatant la dernière initiative de Gélita Hoarau à Paris : la sénatrice a rencontré la ministre des Outre-mer et lui a demandé de venir à La Réunion. Ils ont également informé les planteurs que Gélita Hoarau viendra les rencontrer ce matin à son retour de Paris.

Maurice Gironcel et Ary Yée Chong Tchi Kan ont rappelé la position du PCR et ses propositions : demande de transparence totale sur les revenus de la filière canne-sucre-énergie, satisfaction des revendications des planteurs et création d’un comité destiné à étudier toutes les transformations possibles de la canne à sucre à La Réunion. 500 produits peuvent en effet être extraits de cette plante, et une centaine sont déjà commercialisés. Les planteurs ont ainsi été informés du projet de création d’une industrie de la canne aux bénéfices justement répartis.

Les échanges avec les planteurs ont duré une heure, et rendez-vous a été pris pour ce matin.

Soutiens des syndicats des dockers et du BTP

Prenant acte de la poursuite des négociations pour arriver à de nouvelles propositions, les planteurs ont décidé de maintenir l’occupation de la place du Barachois durant tout le week-end, ce qui s’accompagne par le blocage de la route nationale passant devant la préfecture. L’objectif est d’arriver à un accord d’ici dimanche soir, faute de quoi le mouvement s’étendra à d’autres secteurs économiques.

C’est en effet ce qui ressort de plusieurs rencontres avec des responsables syndicaux. Jeudi, les transporteurs avaient annoncé vouloir passer à l’action lundi si aucune solution n’est trouvée d’ici là. Hier, ce sont Danio Ricquebourg, secrétaire général de la CGTR Ports et Docks, et Jacky Balmine, secrétaire général de la CGTR-BTP qui sont venus devant la préfecture apporter le soutien de leur organisation. La balle est donc dans le camp de Tereos pour que la situation se débloque afin que la population réunionnaise ne soit pas prise en otage, comme l’a indiqué en substance le secrétaire général de la CGTR Ports et Docks.


Kanalreunion.com