Canne à sucre

Un béton plus résistant grâce aux cendres de la canne à sucre !

La canne c’est le sucre, mais pas seulement -21-

Georges Gauvin / 2 décembre 2014

On dit de la canne à sucre qu’il est possible, à partir d’elle, de fabriquer ou de découvrir un millier de produits dérivés. Plus on cherche plus on en découvre, plus les laboratoires cherchent plus ils en inventent, certains sont simples par leur composition d’autres au contraire plus sophistiqués Je rappelle, que mon objectif, en entretenant nos lecteurs sur des produits dérivés de la canne, consiste à montrer qu’à partir de la canne principalement notre pays peut accéder à la révolution industrielle qui nous a jusqu’ici échappée.

JPEG - 61.6 ko
De la cendre de bagasse peut produire un ciment plus résistant que l’actuel. Voilà une petite révolution dans la production de logements.

L’idée semble sans doute trop simple pour que l’on fasse des recherches là-dessus. Pourtant, dans les années 1970, Cuba s’est intéressé à ce que l’on a appelé à l’époque le baga-ciment avec pour objectifs d’obtenir du béton plus léger puisque contenant un pourcentage de bagasse, et plus résistant du fait de l’incorporation de fibres de cannes à sucre. Les anciens se souviennent surement aux murs de sucre érigés ici et là pendant la guerre de 1939-1945 à l’époque où le blocus anglais empêchaient des marchandises d’entrer et de sortir du pays.

Plus récemment, l’institut de Niels Bohr à Copenhague (Danemark) spécialisé dans la nano-physique des particules, physique quantique et biophysique a étudié un procédé de fabrication du ciment à partir des cendres issues de la combustion des déchets du sucre. Les recherches ont montré que les cendres permettent de lier l’eau dans le ciment ce qui le rend plus solide, plus résistant aux pressions et moins sujet à l’émiettement.

Les études ont permis de suivre les neutrons et de montrer comment l’eau se déplace à l’intérieur de l’échantillon : ciment mélangé à des cendres de canne à sucre à raison de vingt pour cent de cendres. Plus l’eau se déplace rapidement plus le béton sera susceptible d’émiettement. Plus l’eau se déplacera lentement, plus le ciment sera compact donc susceptible de produire du béton solide. La présence de cendres de canne à sucre permettra d’obtenir du ciment de bonne qualité. Plus l’eau se déplacera lentement et plus le béton mettra du temps à sécher complètement. Au début le béton à partir de ciment ordinaire apparaîtra plus dur, mais à mesure que le béton sèchera, celui qui est élaboré avec vingt pour cent de cendres de canne apparaîtra de plus en plus solide et résistant.
De plus, la présence de matière végétale, aura pour conséquence de diminuer la quantité de ciment utilisée et d’incorporer plus de matière végétale, donc de nature à permettre une économie de CO2 donc une diminution du gaz à effet de serre.
 

Vocabulaire : « le béton écologique »


Les chercheurs n’arrêtent pas d’innover en essayant de substituer de nouveaux produits aux composantes du béton. Ainsi au lieu du triptique traditionnel « ciment-gravier-sable » on a choisi de remplacer entre 20 et 40% du ciment par de la cendre et des écorces de riz, des résidus céramiques, et de la cendre de bagasse de la canne à sucre. Le gravier peut être remplacé par des déchets provenant de la destruction des anciennes constructions.


Kanalreunion.com