Canne à sucre

Unis pour sauver la filière canne-sucre de La Réunion

Meeting du PCR demain au Gol

Témoignages.re / 16 décembre 2014

Dans un communiqué adressé hier à la presse, le Parti communiste réunionnais rappelle l’importance de la mobilisation de demain à côté d’une des deux dernières usines sucrières de La Réunion.

JPEG - 52.3 ko

« Dans moins de trois ans, c’est la fin du quota sucrier de La Réunion. Jusqu’en septembre 2017, tout le sucre produit dans notre île a la certitude d’être acheté à un prix garanti au-dessus du cours mondial. En 2017, ce sera fini. La production de La Réunion sera face à la concurrence mondiale : celle du sucre de canne produit en Afrique, en Amérique latine, en Australie et en Asie...

Des solutions ont été annoncées. Au mois d’août 2014, le président de la République a dit qu’il allait soutenir la demande d’une aide supplémentaire de 38 millions d’euros par an à partir de 2017, jugée indispensable par la filière pour résister à la concurrence mondiale.
Quatre mois plus tard, la coupe se termine et aucune nouvelle de cette démarche.

Pendant ce temps, le cours mondial du sucre baisse. Il a chuté de moitié en 4 ans. Dans trois ans, qui achètera du sucre de La Réunion ? Et qui achètera les cannes des planteurs ?

La Réunion a déjà vécu une catastrophe de ce type, c’était lors de la crise du géranium. Des milliers de planteurs ont été ruinés dans les Hauts, malgré toutes les assurances du pouvoir parisien de l’époque.

Pour la canne, c’est une crise d’une ampleur bien plus grande :
Car la canne, ce sont :
- 25.000 hectares de terres.
- des plantations dans 23 communes, et un port d’exportation.
- des milliers de planteurs qui risquent la ruine dans moins de trois ans.
- des centaines d’ouvriers d’usine du Gol et de Bois-Rouge qui seront au chômage.
- des centaines de transporteurs qui n’auront plus de canne ni de sucre à livrer.
- des travailleurs dans les différentes entreprises qui seront privés d’emploi.

C’est la plus grande crise sociale, économique, politique et environnementale qui s’annonce si rien n’est fait.

En France, le gouvernement prend des initiatives pour empêcher la crise du sucre de betteraves.
À La Réunion, les Réunionnais doivent avoir droit aux mêmes mesures de soutien du sucre de canne.

C’est pourquoi jeudi dernier, le Parti communiste réunionnais a lancé un appel à un rassemblement mercredi soir à côté de l’usine du Gol à 18 heures.
L’invitation est lancée à toutes les personnes concernées par l’avenir de la filière : ouvriers d’usine, planteurs, travailleurs agricoles, transporteurs, commerçants.
Le PCR proposera ses initiatives de mobilisation pour sauver la filière canne-sucre.

Le Port, le 15 décembre 2014

Pour le PCR,
Maurice Gironcel et Yvan Dejean, secrétaires généraux »


Kanalreunion.com