Co-développement

3.000 milliards d’euros de projets

Comment la Chine surmonte la crise

Manuel Marchal / 10 février 2010

Durement touchée par l’impact de la crise lancée depuis les Etats-Unis, la Chine a réussi à retrouver le rythme nécessaire pour maintenir la cohésion sociale.

Partie des Etats-Unis, la crise financière s’est transformée en crise économique à la suite de l’effondrement de plusieurs banques. Chacun se souvient notamment de la décision prise par Washington de laisser Lehman Brother s’effondrer, pendant que le gouvernement américain décidait de nationaliser le numéro un mondial de l’assurance et favorisait la création de la plus grande banque du monde par le jeu des restructurations de son industrie financière : Bank of America.
Premier créancier des Etats-Unis, la Chine n’a pas été épargné par les conséquences de ces événements.
Kong Quan, Ambassadeur de Chine en France, a décrit l’impact de la crise sur son pays, et les mesures prises par son gouvernement pour la surmonter.
Au premier trimestre 2009, le pays était très inquiet, car le taux de croissance était de 6,2%, le plus mauvais résultat depuis bien longtemps, 2 points en dessous du minimum nécessaire pour répondre aux besoins en emplois. Cela a provoqué la destruction de 10 millions d’emplois, et le retour à la campagne de millions de paysans venus chercher de l’emploi dans les villes.
Dès ce résultat connu, le gouvernement boucle en 40 jours un plan de relance doté de 400 milliards d’euros, soit un montant équivalent à celui de l’Union européenne. Outre ces fonds, le plan prévoit de développer l’innovation et la recherche, un ajustement structurel dans dix secteurs, des mesures pour l’amélioration du bien-être de la population.
Ainsi, la moitié des 400 milliards d’euros ont été consacrés à élargissement de la Sécurité sociale. Le reste a contribué à stimuler l’investissement au sein des collectivités locales. Ces 400 milliards injectés par le gouvernement central se sont transformés en 3.000 milliards de projets dans tout le pays.
Résultat, au dernier trimestre la croissance a dépassé 10%, et sur l’année 2009, la croissance a été supérieure à 8%. Malgré la crise, la Chine a contribué pour 50% de la croissance mondiale.
L’Ambassadeur souligne qu’il reste beaucoup à faire, et notamment lutter contre les inégalités entre les régions côtières et celles de l’arrière-pays, entre les villes et les campagnes.
Pour se prémunir de crise comme celle survenue en 2009, la Chine se fixe de grands axes :

- transformer le modèle de développement en promouvant la demande intérieure, qui correspond aujourd’hui à 51% du PIB ;

- améliorer la vie quotidienne de la population ;

- garantir la justice sociale ;

- s’opposer à toute sorte de protectionnisme ;

- poursuivre les grands chantiers : construire 2.000 kilomètres de lignes de métro par exemple.

M.M. 


Chine/Réunion : un partenariat en plein développement

Hier, le dernier rendez-vous de la délégation de l’ambassade de Chine en France a été une conférence sur "La Chine puissance économique mondiale et les évolutions géo-économiques dans la zone Océan Indien".


Kanalreunion.com