Co-développement

Des îles voisines au fort potentiel

Seychelles - La Réunion

Céline Tabou / 14 décembre 2011

A l’occasion d’une conférence de presse, Joël Morgan, ministre seychellois chargé de l’Environnement et président de la Commission de l’océan Indien, accompagné de Michel Lalande, préfet de La Réunion, a évoqué le potentiel entre La Réunion et les Seychelles, dans divers domaines.

Le risque requin, la lutte contre la pollution marine, la surveillance maritime et les négociations sur le climat ont été évoqués entre le gouvernement français, en la présence de Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, du Conseil régional et de la Préfecture de La Réunion, ainsi que les autorités malgaches, avec Joseph Randriamiarisoa, ministre malgache de l’Environnement et des Forêts.

Consolider la coopération bilatérale

Visite destinée à intensifier les relations touristiques entre La Réunion et les Seychelles, le ministre seychellois a évoqué les bonnes relations et échanges qui se sont entretenus tout au long de son séjour. « Nous avons soudé les liens entre l’Ile de La Réunion Tourisme et l’Office seychellois du tourisme (Seychelles Tourism Board, STB) ». « Nous avons beaucoup en commun, le créole, le tourisme, la gastronomie, la beauté de nos îles, le maritime pour les Seychelles, le paysage verdoyant pour La Réunion », a indiqué Joël Morgan.

Pour consolider les relations entre les deux îles, le ministre de l’Environnement s’est entretenu avec Air Austral afin de mettre en place une desserte régulière entre les deux chefs lieux et intégrer les nouveaux marchés asiatiques. Dans le cadre de la Commission de l’océan Indien, que préside Joël Morgan, une société maritime devrait être créée afin de relier les différents ports de la région et permettre de commercialiser les produits vers la région océan Indien et vers l’Afrique.

Le codéveloppement insulaire

« Une synergie, un partenariat est possible entre les différentes îles de la région. L’objectif est de permettre la complémentarité entre les différentes lignes de la région, sans concurrence, mais avec une vraie coopération et le développement des compétences de chacun », a expliqué M. Morgan.

Les relations entre La Réunion et les Seychelles sont denses, notamment dans les domaines du tourisme avec des échanges importants entre les deux îles, la pêche qui dispose d’une zone économique dense avec d’importantes ressources naturelles, ainsi que l’industrie « qui est à développer avec les pays voisins ». Toutefois, le ministre pointe du doigt un manque de communication dans le domaine du commerce « intra-île et inter-île » qui « est aujourd’hui mal développé dans la zone océan Indien ». « Il y a une gamme de possibilités pour l’avenir afin de développer les échanges », a-t-il indiqué.

Le ministre seychellois a proposé la mutualisation des efforts dans le domaine maritime, avec le port de la ville du Port à La Réunion, qui pourrait être le cœur du transport maritime dans l’océan Indien. « Il faudrait consolider les commandes dans les îles qui passeraient par le port (de La Réunion-NDLR) pour le distribuer à l’ensemble de la zone. C’est un avantage pour la région », a indiqué Joël Morgan. Cette visite consolide les relations dans la zone océan Indien, soutenue par la Commission de l’océan Indien, qui devrait se voir élargir et accueillir un représentant de chaque pays de la zone, comme l’a précisé Michel Lalande.

Céline Tabou


Encadré

Le livre bleu “Sud Océan Indien”

A l’occasion de cette conférence de presse, un livre bleu sur l’océan Indien a été distribué par la préfecture sous l’égide du Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement ainsi que le Ministère de l’Intérieur, de l’Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l’Immigration. Basé sur le thème de la « coopération régionale », le livre bleu “Sud Océan Indien” « est le regard de la France sur cette zone maritime » qui regroupe La Réunion, Mayotte, les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF).

Arès avoir fait l’état des relations entre l’État et ses territoires insulaires, le gouvernement a mis en place une feuille de route axée sur 20 propositions, notamment la gouvernance, la réservation et gestion durable des milieux, la sécurisation des routes maritimes, recherche et innovation en sciences de la mer, actions de l’état en mer et le développement économique.


Coopération régionale

« La coopération avec les Seychelles peut être infinie ! »

Seychelles Tourisme Board et l’IRT ont signé, lundi 12 décembre 2011, à Saint-Denis de La Réunion, un Protocole de coopération générale de promotion touristique.

Les deux autorités du tourisme ont décidé de mutualiser, tout au long de l’année, une partie de leurs ressources à la promotion conjointe des deux territoires.

Cela va se traduire notamment par des stands « sans séparation » sur les Salons internationaux ; une communication partagée sur des événements autrefois locaux (Carnaval de Victoria) qui deviennent désormais inter-îles (Carnaval de l’océan Indien) ; un échange de personnel dans les bureaux de l’un et l’autre (Bel Ombre et Saint-Paul) ; des partages de bureaux de représentation à l’étranger (à Beijing et à Shanghai)…


Kanalreunion.com