Co-développement

Examiner les questions liées à la pêche et leurs enjeux

Première Conférence régionale des directeurs de la pêche

Témoignages.re / 28 juin 2012

En marge de la 28ème réunion des responsables des opérations de surveillance de pêche des pays de la région, la première Conférence régionale des directeurs de la pêche de 8 pays de la zone océan Indien (Comores, France/La Réunion, Kenya, Maurice, Madagascar, Mozambique, Seychelles et Tanzanie) s’est tenue hier à Saint-Denis. Organisées par la Commission de l’océan Indien (COI), en collaboration avec la Préfecture de La Réunion et la Direction de la Mer, ces rencontres régionales sont l’occasion pour les directeurs de la région océan Indien d’examiner les questions liées à la pêche et leurs enjeux.

« Nous avons tenu à associer, pour la première fois, le Kenya, la Tanzanie et le Mozambique pour ces rencontres », explique Harijohnse Razaka, chargé de mission de la COI. « Etant donné qu’ils sont les voisins les plus proches géographiquement de nos États membres, il nous est apparu pertinent de les impliquer dans la coordination et la concertation régionales », continue-t-il. Ces pays sont aussi parfaitement intégrés à deux programmes majeurs de la COI à travers SmartFish et le Plan régional de surveillance des pêches.

La Conférence régionale des directeurs de la pêche a vocation à devenir un organe de gouvernance pour la mise en œuvre de la stratégie régionale adoptée par le Conseil des ministres de la COI en 2009 dans les domaines de la pêche et de l’aquaculture, et plus largement conduire une politique régionale des pêches dans le bassin de l’Ouest de l’océan Indien. Cette plateforme offre également l’occasion d’examiner de manière approfondie des sujets présentant un intérêt particulier. La gouvernance, le suivi-contrôle-surveillance et l’aménagement des pêches ont été les thèmes discutés lors de cette conférence. « Dans un contexte régional où la région souffre de pêche illégale, de piraterie et d’une sécurité alimentaire qui se détériore dans certains pays, cette implication des directeurs de pêche vient à point nommé », estime Harijohnse Razaka.

En marge de cette conférence, l’Unité de coordination régionale de la surveillance des pêches s’est aussi réunie pour la 28ème fois consécutive afin de renforcer la cohérence des actions menées dans la région en termes de surveillance de la pêche.

Pour appuyer ses 5 États membres (Comores, France/Réunion, Madagascar, Maurice et Seychelles), la COI a développé depuis 4 ans un programme régional de surveillance des pêches et depuis 1 an un programme régional de développement de la pêche pour la région de l’Afrique orientale, australe et de l’océan Indien. Ces deux programmes, financés par l’Union européenne à hauteur de 33 millions, répondent à des priorités régionales, notamment la surveillance des pêches pour une gestion durable des ressources, la gestion et le développement de la pêche, la gouvernance de la pêche, le suivi-contrôle et surveillance, le commerce régional et la sécurité alimentaire.

Le secteur des pêches figure parmi les principaux piliers du développement économique et social des États côtiers du Sud-Ouest de l’océan Indien. Le poisson assure au moins 15% des besoins journaliers en protéines animales de plus de 3 milliards de personnes sur la planète, et 97% des pêcheurs du monde vivent dans les pays en développement. En 2010, la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) a annoncé que la consommation de poisson avait atteint une moyenne record de près de 17 kg par habitant.

Imaz Press Réunion


Kanalreunion.com