Co-développement

Hommages aux combattants du 29 mars 1947

Participation d’une délégation réunionnaise à une importante cérémonie à Madagascar

Manuel Marchal / 31 mars 2017

Le 29 mars 1947, les Malgaches se sont révoltés contre le régime colonial. C’est à Moramanga qu’a eu lieu le point de départ de ce mouvement. C’est pourquoi cette ville tient une place particulière dans les commémorations du 29 mars, jour férié à Madagascar. Pour la célébration du 70e anniversaire de cet événement historique, une délégation réunionnaise était invitée à participer à un hommage aux vétérans encore vivants, en présence de représentants de ces derniers.

JPEG - 43.8 ko
Le 27 mars à Moramanga, une délégation réunionnaise conduite par Simone Yée Chong Tchi Kan a participé à une importante cérémonie en présence des anciens combattants de la révolte de 1947.

Une cérémonie d’hommage aux anciens combattants de la révolte de 1947 encore vivants s’est tenue le 27 mars à Moramanga avec la participation d’une délégation réunionnaise conduite par Simone Yée Chong Tchi Kan. Eric Rakotomanga, président de l’AKFM a été le premier à prendre la parole.

Il a expliqué pourquoi la ville de Moramanga occupe une place particulière dans l’histoire de Madagascar. C’est de cette ville qu’est partie la résurrection de Madagascar. « C’est ici que des soldats français et sénégalais ont été battus par des Malgaches

Il a été suivi par une remise de cadeaux de la part de la délégation réunionnaise ».

Il conclut en réitérant ses remerciements au nom de l’AKFM à destination du PCR et de REAGIES, « cela montre combien vous êtes précieux dans nos coeurs pour votre lutte ».

« Nous n’avons jamais oublié notre lutte commune »

Luc, trésorier du Comité de solidarité de Madagascar, a tout d’abord remercié la délégation réunionnaise d’être partie saluer la mémoire des combattants disparus en visitant les fosses communes. « Nous n’avons jamais oublié notre lutte commune », souligna-t-il, « le Comité de solidarité est né en 1950. La première revendication des patriotes, c’était l’amnistie générale pour les victimes de la répression du soulèvement de 1947 ». Et de conclure : « chers amis, ayez le courage de lutter ».

Raymond Rakouta, président de l’Association des anciens combattants de Moramanga, a conclu les prises de parole des représentants malgaches par de chaleureux remerciements à l’égard des Réunionnais.

Au nom du PCR, Ary Yée Chong Tchi Kan a salué : « Ces combattants qui avaient mis en jeu la seule richesse qui leur restait, leur vie. Nous avons aujourd’hui l’honneur de la présence de plusieurs vétérans de cette bataille. Qu’ils soient remerciés pour leur courage et pour leur exemple qui, j’en suis persuadé, continuera encore d’inspirer la jeunesse ».

Il a également souligné le rôle de Réunionnais, solidaires des Malgaches contre le régime colonial ».

Les communistes au premier plan

« Dans notre île, les communistes étaient au premier plan de cette lutte. Cela ne plaisait pas au gouvernement français qui voulait faire oublier 1947. Invité par l’AKFM à la célébration de l’indépendance de Madagascar en 1960, Paul Vergès, secrétaire général du PCR, a été expulsé, renvoyé dans le premier avion pour La Réunion.

Des camarades malgaches, dont Gisèle Rabesahala, ont été interdits de séjour à La Réunion parce qu’ils étaient invités au Congrès du PCR. C’est dans cette répression que s’est forgée la solidarité entre nos deux peuples ».

Au regard de notre histoire, « nous sommes convaincus que l’avenir de La Réunion est lié à celui de Madagascar. Nous militons pour que ce développement se fasse dans la solidarité, gagnant-gagnant. C’est cela notre projet d’avenir », souligna-t-il.

« Fiers que des Réunionnais aient été solidaires du peuple malgache »

Simone Yée Chong Tchi Kan est ensuite intervenue au nom de l’association REAGIES. Voici en substance ce qu’elle a déclaré : « ils se sont révoltés pour la liberté, le droit à la souveraineté du pays, tout comme les Français avaient réussi à chasser de la France, l’armée d’occupation nazie, grâce notamment à l’engagement des Malgaches aux côtés des Français. Par contre, à Madagascar, à Moramanga, la France a utilisé les méthodes brutales qu’elle venait de subir afin de détruire toute volonté d’émancipation du peuple malgache. À La Réunion, nous sommes fiers que des Réunionnais aient été solidaires du peuple malgache.

D’ailleurs, le 4 décembre 2016, nous avons organisé une manifestation au cours de laquelle nous avons expliqué l’histoire de mars 1947. C’est pour continuer cette solidarité que nous sommes ici en délégation. Afin de marquer notre passage, nous vous prions d’accepter ce geste d’amitié et je laisse le soin à Ghislaine, secrétaire de REAGIES, de vous remettre ce don ».

Au nom de l’association REAGIES présidée par Simone, au nom du Parti communiste réunionnais représenté ici par Ary Yée Chong Tchi Kan, Ghislaine Cataye a remis aux anciens combattants de Moramanga des dons.

La cérémonie s’est ensuite poursuivie au son du maloya qui a raisonné à Moramanga grâce à Simon Lagarrigue, Yvrin et les Réunionnais qui ont vécu un instant de communion avec le peuple malgache. Elle s’est conclue par l’hymne malgache, chanté le poing levé.

M.M.