Co-développement

Intégrer La Réunion à son environnement

Pour un nouveau compromis : la double intégration à l’Europe et l’océan Indien

Céline Tabou / 6 mars 2014

Pour Paul Vergès, La Réunion doit parvenir à s’intégrer en Europe et dans la zone océan Indien/Afrique de l’Est. Face au bouleversement de l’ordre mondial, l’île pourrait créer un contrat gagnant-gagnant dans la zone et ainsi se développer et aider au développement de ses voisins.

JPEG - 78.5 ko
A Madagascar, la hausse annuelle de la population correspond à une Réunion nouvelle chaque année.

Mardi, dans sa conférence de presse, Paul Vergès a expliqué que dans un monde en plein bouleversement, les îles françaises ont à côté d’elles d’importantes possibilités économique, sociale et culturelle. Pour Paul Vergès, le gouvernement devrait alors avoir une « vision globale et cohérente de notre environnement dans l’espace et dans le temps ».

Sortir de l’isolement

Le sénateur a expliqué que sur le plan politique, les similitudes sont tout aussi différentes entre la Martinique et la Guadeloupe, et La Réunion, les Comores, Madagascar, les Seychelles et Maurice. Ces différences demandent des politiques différentes afin que chaque territoire puisse profiter économiquement, diplomatiquement et socialement, de ses atouts avec ses voisins.

Alors, « comment résoudre les problèmes de nos relations avec le monde », a indiqué Paul Vergès. D’autant qu’après la plainte auprès de l’Organisation Mondiale du Commerce, l’Union Européenne a supprimé les accords de Cotonou, qui intégrait les économies des anciennes colonies aux états d’Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP). Face aux accords de partenariats signés dans la zone océan indien, tel que le COMESA, plusieurs observateurs avaient avertit : « vous serez isolés si La Réunion n’intègre pas une zone économique », a rapporté Paul Vergès.

Une intégration indispensable pour faire face à la concurrence. Cependant, la double intégration à l’Europe et à la zone Océan Indien reste en suspend. Un tel constat pose la question « que fait le gouvernement et quelles sont ses solutions ? Cela demande des solutions idéologiques et économiques », a indiqué Paul Vergès. Ce dernier propose « un compromis » entre ces deux intégrations contradictoires.

Un environnement économique changeant

Lors de son allocution au Sénat, le sénateur Paul Vergès avait expliqué que la hausse démographique de Madagascar aura immanquablement un impact à La Réunion. Car devant ces changements, La Réunion possède des atouts et des richesses pouvant permettre à Madagascar de se développer et de faire face aux 800.000 naissances par an, « soit une Réunion de plus par an ».

Alors que le malgache est issu du malaisien, l’Indonésie sera, d’ici 2050, la 6ème puissance économique mondiale, « les nouvelles générations vont-elles conserver le français ? », a posé Paul Vergès. Ce dernier a d’ailleurs précisé que la zone Océan Indien était majoritairement francophone et créolophone. De plus, les grandes puissances émergentes, comme la Chine, l’Inde, mais aussi l’Afrique du Sud et les pays de la côte orientale d’Afrique, vont poursuivre leurs croissances, basées sur la hausse démographique. « Ces aspects ne sont pas pris en compte dans la politique internationale de la France au sein de la Zone Océan Indien », a déploré le sénateur.

 Céline Tabou  


Kanalreunion.com