Co-développement

Jean-Claude de l’Estrac nouveau secrétaire général

Conseil des ministres de la COI

Témoignages.re / 8 octobre 2011

Organisé jeudi à Maurice, le Conseil des ministres de la COI a pris plusieurs décisions dont voici le détail. L’une d’entre elles est la nomination d’un nouveau secrétaire général. Il s’agit de Jean-Claude de l’Estrac.

Le 27ème Conseil des ministres de la Commission de l’Océan Indien s’est réuni le 6 octobre 2011 à l’hôtel Sofitel de Flic en Flac, sous le haut patronage du Dr Navinchandra Ramgoolam, Premier ministre de la République de Maurice, dont le pays a exercé la présidence de la COI.

Le Dr Arvin Boolell, ministre des Affaires étrangères de la République de Maurice, a conduit les travaux de ce Conseil, dont l’ordre du jour comportait 9 points.

Ce Conseil réunissait au niveau ministériel, pour la première fois depuis mars 2009, les délégations (M. Bakri Ben Abdoulfatah Charif (ministre des Relations extérieures et de la Coopération, chargé de la Diaspora, de la Francophonie et du Monde Arabe, de l’Union des Comores), M. Édouard Courtial (secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et Européennes, chargé des Français de l’Etranger, au titre de la France/Réunion), Mme Yvette Sylla, ministre des Affaires Étrangères, de Madagascar et M. Jean-Paul Adam, ministre des Affaires étrangères des Seychelles) des 5 pays membres. Et la présence de Mme Yvette Sylla, ministre des Affaires étrangères de Madagascar, a été saluée chaleureusement par ses homologues.

Les partenaires du développement (Union européenne, Agence française de développement, Organisation internationale de la francophonie) étaient invités à la séance plénière. M. Mariani, Chef de la délégation de l’Union européenne en République de Maurice, a prononcé une allocution, ainsi que M. Marday Venkatasamy, président de l’Union des chambres de commerce et d’industrie des îles de l’Océan Indien (UCCIOI).

Avant d’examiner les dossiers à l’ordre du jour, le Conseil a approuvé le rapport du secrétaire général de la COI, l’ambassadeur Callixte d’Offay. Un rapport sous forme de bilan qui rappelle les temps forts de son mandat. Ce mandat, démarré en 2008, se terminera en juillet 2012.

Outre des décisions prises dans les différents domaines d’intervention de la COI, le Conseil des ministres a, à la demande de la présidence mauricienne, examiné plus attentivement 2 dossiers clefs de l’intégration régionale, la coopération politique et la coopération économique entre les États membres. Par ailleurs, cette 27ème session du Conseil a tenu à réagir à l’actualité et à apporter des éléments de réponse régionale et concertée à des problématiques communes, telles que la piraterie, le risque de pollution marine ou encore le risque requins.

Il en est ressorti toute une série de décisions qui vont permettre à la COI d’affirmer davantage son rôle d’organisation de proximité et de défense des intérêts insulaires sur la scène régionale et internationale.


Dossier politique

Madagascar : le rôle spécifique et décisif joué par la présidence et le secrétaire général de la COI dans la signature de la feuille de route par les acteurs politiques malgaches a été souligné. Ce rôle d’organisation de proximité est reconnu par la Communauté internationale. Le Conseil des ministres a proposé « selon des modalités à convenir, la collaboration de la COI avec le bureau de liaison de la SADC à Madagascar ». Et dans ce contexte, le partenariat avec l’OIF sera renforcé, notamment pour l’organisation et l’observation des futures élections.

Par ailleurs, le Conseil a décidé de poursuivre les actions entreprises par la COI en faveur de Madagascar, dans le même esprit que celui qui a été impulsé par la présidence mauricienne, et l’île Maurice continuera d’être associée aux démarches futures de la nouvelle présidence, avec le concours du secrétaire général.

Lutte contre la piraterie maritime : pour lutter contre la piraterie maritime qui menace deux piliers économiques, la pêche et le tourisme, le Conseil a décidé la création d’une unité anti-piraterie sous l’autorité du secrétaire général de la COI, et son installation aux Seychelles. Cette Unité sera composée d’experts mis à disposition par les États membres.
C’est une étape majeure dans la mise en œuvre de la stratégie et du plan d’action régional pour la région Afrique Australe et Orientale-Océan Indien (AfOA-OI), adoptés en octobre 2010, à travers le Programme régional de sécurité maritime (MASE) financé par le 10ème FED.

Reconnaissance de la COI sur la scène régionale et internationale

La Présidence se voit confier la mission d’obtenir le statut d’observateur de la COI auprès de l’Union africaine.

Toujours pour défendre les intérêts insulaires de ses États membres, le mandat du secrétariat général de la COI est réitéré dans le cadre d’un mécanisme de coordination renforcé au sein du groupe AIMS (Afrique, Océan Indien, mer Méditerranée et Sud de la mer de Chine).


Restructuration et renforcement du Secrétariat général

Gestion
Cette 27ème session du Conseil a constaté les progrès réalisés par le secrétariat général de la COI dans le processus visant son renforcement, afin d’être aux normes internationales de bonne gouvernance.

Siège de la COI

Le siège de la COI sera très prochainement transféré dans un espace plus adapté à son activité en pleine croissance. Le nouveau siège permettra d’abriter sous « un même toit » le secrétariat général et l’ensemble des projets de la COI.

Budget de fonctionnement
Le budget de fonctionnement de 2012 présenté pour un montant global de 613.023 euros sera approuvé par la voie de la procédure écrite, après examen par les États membres d’ici fin 2011.


An plis ke sa

Passation des pouvoirs entre la présidence sortante et la présidence entrante

Après un an d’exercice, la présidence mauricienne a passé le flambeau à la nouvelle Présidence seychelloise.

Un nouveau secrétaire général

Le mandat de l’ambassadeur Callixte d’Offay prenant fin en juillet 2012, le Conseil a désigné son successeur, en la personne de Jean-Claude de l’Estrac.
Le 8 septembre dernier, ce dernier était à La Réunion pour tenir une conférence de présentation de son livre "L’an prochain à Diego Garcia".
Journaliste, député et ministre, Jean-Claude de l’Estrac s’est également impliqué dans la direction du Mouvement militant mauricien dirigé par Paul Bérenger. Depuis 40 ans, il est aussi engagé dans la lutte menée des Chagossiens qui revendiquent le droit de retourner vivre dans leur pays.


Kanalreunion.com