Co-développement

L’aboutissement d’une longue marche pour obtenir un Consulat de Chine à La Réunion

Émouvantes retrouvailles à la Région

Geoffroy Géraud-Legros / 20 août 2009

C’est avec une émotion réciproque que se sont rencontrés Paul Vergès, Président de la Région Réunion, et Zhang Guobin, Consul général de la République populaire de Chine à La Réunion. Après une journée passée en travaux et en prises de contact chaleureuses avec la population réunionnaise, le Consul a été reçu à l’hôtel de la Région, en présence du représentant de l’État et des porte-parole d’Associations d’origine chinoise.

À plusieurs reprises, Paul Vergès a souligné la portée exceptionnelle de l’évènement. « C’est une journée historique » affirme le Président de la Région Réunion. « Nous recevons aujourd’hui le représentant d’une puissance qui est la plus peuplée au monde, et qui sera demain l’un des plus grands du monde ».

Un rôle essentiel dans notre vivre-ensemble

Paul Vergès a rappelé la place essentielle tenue par les Réunionnais d’origine chinoise dans l’intraculturalité réunionnaise.
Ces fils d’immigrés qui à leur arrivée, se sont débattus seuls dans des conditions très dures, à l’instar des Réunionnais d’autres origines, sont devenus des acteurs essentiels de la vie économique ; leurs descendants ont acquis à leur tour des rôles de premier plan dans tous les domaines au sein de la société réunionnaise. Au cours de leur itinéraire exemplaire, les Réunionnais d’origine chinoise ont joué un rôle déterminant dans la construction du vivre ensemble. Interrogeant ses souvenirs, le Président de la Région a évoqué l’affluence, à Salazie, à Grand-Ilet, dont faisaient l’objet ces boutiques où se sont construites les relations entre les hommes, où se sont tissés les liens qui unissent aujourd’hui tous les Réunionnais. Cette intégration à la vie sociale a marqué de façon indélébile notre culture : imagine-t-on un repas créole qui ne comporte un ou plusieurs mets chinois ? Et le goût des fêtes bruyantes, où éclatent et pétaradent les feux d’artifices, tout cela n’a-t-il pas été légué par nos ancêtres venus de Chine ?

L’universel est dans chaque Réunionnais

Car, a rappelé Paul Vergès, c’est bien ici d’ancêtres communs dont il est question : le métissage, si affirmé dans notre pays qu’il le rend unique au monde, a tant intégré la composante chinoise, qu’il n’est pas de Réunionnais qui ne compte au moins un aïeul venu de Chine. La meilleure preuve en est justement ce rapport aux ancêtres lui-même, qui a irrigué l’ensemble de la société réunionnaise.
C’est pour cette raison que l’installation du Consulat général de Chine à La Réunion est porteur d’une symbolique qui va au-delà des bénéfices économiques : elle est le signe de retrouvailles entre cousins.
C’est grâce à cet apport, dont la force s’est conjuguée à celui légué par nos ançêtres venus de France, de l’Inde, de l’Afrique, de Madagascar, que l’universel se trouve dans chaque Réunionnais, et que la Réunion est aujourd’hui une entité qui rayonne. Cette parfaite intégration nous permet d’aller retrouver nos racines à l’extérieur de notre île, afin de mieux nous retrouver et de mieux nous enraciner dans notre communauté de destin. Si pareille recherche nous est permise aujourd’hui, c’est grâce aux efforts des deux associations de Réunionnais d’origine chinoise ; mais c’est surtout, rappelle Paul Vergès, grâce à la décision du Gouvernement français, qui nous permet de faire un pas supplémentaire dans la définition de notre futur par la valorisation de notre apport. Cette démarche est décisive, dans un monde qui change, où l’océan Indien est appelé à jouer un rôle décisif ; elle signale que la France et l’Europe ont changé elles aussi, et que le Gouvernement a compris la nécessité de remettre en cause le statu quo. C’est dans ce contexte de transformation du monde et des visions du monde, que s’inscrit la relation renforcée de La Réunion et de la Chine.

Geoffroy Géraud


RFO : un réflexe conditionné ?

De l’avis de tous, la réception du Consul général était un grand jour, pour les Réunionnais d’origine chinoise et pour La Réunion dans son ensemble. On s’interroge sur la capacité de RFO à saisir les grands enjeux réunionnais contemporains.
Il y a peu, alors que la Région recevait les jeunes lauréats aux grandes écoles, RFO n’avait pas considéré l’évènement digne de son agenda.
Aujourd’hui, alors que notre pays reçoit le représentant d’une des plus grandes puissances du monde, concrétisant le vœu de nombreux Réunionnais d’origine chinoise, le service public brille une fois encore par son absence. Dans les deux cas, la Région était l’artisan de l’initiative. N’y aurait-il pas là, de la part de RFO, comme un réflexe conditionné ?


Kanalreunion.com