Co-développement

La contribution de La Réunion : réussir l’égalité des cultures

Les vœux de l’Ambassadeur de Chine en France à La Réunion

Manuel Marchal / 8 février 2010

Samedi soir, la cérémonie d’inauguration du Consulat général de Chine à La Réunion s’est prolongée par les vœux de l’Ambassadeur de Chine en France aux Réunionnais, à quelques jours du début de l’Année du Tigre.

Quelques heures après l’inauguration du Consulat général de Chine et la délivrance des premiers visas pour la République populaire, le Parc des expositions de Saint-Denis accueillait la cérémonie des vœux de l’Ambassadeur de Chine en France. À quelques jours du début de l’Année du Tigre, Kong Quan a fait part des perspectives qu’ouvrent cet approfondissement des relations entre son pays et La Réunion.
Avant cette intervention, c’est d’abord Zhang Guobin, Consul général de Chine à La Réunion, qui a souhaité la bienvenue aux invités parmi lesquels figuraient plusieurs parlementaires, des élus locaux, et des représentants d’associations culturelles. Le Consul a également rappelé le parcours de l’Ambassadeur Kong Quan. Ce dernier a notamment exercé des responsabilités au sein de la direction du Parti communiste chinois de la ville de Tianjin, avec laquelle la Région Réunion a signé un accord-cadre de coopération en 2003.

« Notre fierté »

Gilbert Annette, maire de Saint-Denis s’est félicité de l’ouverture d’un Centre Confucius à l’Université, un « outil privilégié de l’apprentissage du mandarin ». Il a rappelé une ambition de son équipe municipale : faire de Saint-Denis une ville pionnière dans l’apprentissage du mandarin à l’école.
Vice-président du Conseil général à la Coopération décentralisée, Roland Robert a souligné que l’inauguration du Consulat de Chine, c’est « la pugnacité réunionnaise récompensée ». Il a ensuite décrit quelques actions menées par sa collectivité, comme la Semaine chinoise lors de l’Année de la Chine en France. Avec l’inauguration du Consulat et l’ouverture du Centre Confucius, il a fait part de son optimisme sur les moments qui vont suivre.
Paul Vergès a rappelé l’apport des ancêtres d’origine chinoise. Après des mois de voyage, ils se sont souvent spécialisés dans le petit commerce et ont été un élément de la cohésion réunionnaise. Ces immigrés ont « fait de leurs descendants des membres éminents de la société réunionnaise », a-t-il poursuivi, « c’est grâce à eux que nous sommes devenus ce que nous sommes, c’est grâce à eux que La Réunion s’est construite ». Le président de la Région a aussi rappelé sa participation à Pékin aux côtés de Mao Tsé Toung à un anniversaire de la République populaire de Chine.
« Nous sommes un peuple euro-afro-asiatique, c’est notre fierté. La colonisation a voulu abaisser les apports non européens », a ajouté Paul Vergès, « nous sommes tous fiers d’être Réunionnais et que dans chacun d’entre nous coule du sang africain, asiatique et européen ».
« Nous aurons montré l’égalité des cultures et dans l’année où se construit l’Institut Confucius, nous bâtirons la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise », conclut le président de la Région.

« Accélération des relations »

Représentant de l’État, Joël Godeau évoque pour sa part les démarches faites par Paris pour que La Réunion devienne une destination touristique autorisée, un engagement qui fait suite aux États généraux de l’Outre-mer.
L’Ambassadeur de Chine en France a tout d’abord déclaré qu’il est « particulièrement impressionné par l’harmonie de la population réunionnaise ». Les descendants des Chinois sont « totalement intégrés à la société réunionnaise ». « Je me joins au président du Conseil régional pour rendre hommage aux ancêtres et à vous », a poursuivi l’Ambassadeur Kong Quan. « La Réunion se développe depuis les dernières décennies, les infrastructures touristiques et aériennes sont des atouts », a-t-il dit en substance, annonçant que 30 millions de Chinois se rendent chaque année à l’étranger en tant que touristes.
Après avoir souligné une « accélération des relations entre La Réunion et la Chine », Kong Quan a décrit quelques avancées obtenues depuis l’avènement de la Chine nouvelle. L’espérance de vie moyenne est ainsi passée de 35 à 64 ans.
Mais la Chine a aussi un défi permanent à relever : créer chaque année 11 millions d’emplois. Cela nécessite une croissance annuelle minimale de 8%. Et en 2009, malgré l’impact de la crise qui a fait chuter la croissance annuelle à 6,2% au premier trimestre, plus mauvais résultat des 30 dernières années, les mesures du gouvernement ont permis de relancer l’économie pour arriver, sur l’année, à un taux de croissance de 8,7%.
Kong Quan a aussi expliqué qu’outre cette réponse à l’urgence immédiate, la Chine veut changer de modèle de développement en augmentant la demande intérieure, et en allant vers le développement durable.

M.M. 


Zot la di

André Thien Ah Koon : «  c’est le début d’une sorte de révolution dans l’attitude du gouvernement français qui accorde les autorisations d’ouverture dans un partenariat gagnant-gagnant. Nous sommes le seul pays de la zone où la Chine n’était pas représentée. 20% de nos importations viennent d’Asie, et pour réduire le coût de nos produits, la Chine est un partenaire important ».

Nassimah Dindar à la télévision chinoise : « dans chaque Réunionnais il y a une part de Chinois. C’est un grand moment, cela renforce les liens mis en place depuis de nombreuses années. Que ces liens perdurent et participent au développement de La Réunion ».


Kanalreunion.com