Co-développement

La Réunion, oubliée de la COI

La France ignore-t-elle qu’elle doit sa présence dans la COI au travail des Réunionnais ?

Céline Tabou / 16 avril 2014

C’est Le 29ème Conseil des ministres de la Commission de l’océan Indien (COI) organisé les 10 et 11 avril 2014 à Moroni en Union des Comores a été l’occasion pour les pays de la Océan Indien de débattre des intérêts de chacun dans la zone.

JPEG - 90.8 ko
Vous pouvez chercher, pas de Réunionnais sur cette photo des chefs de délégation au Conseil des ministres de la COI. De quoi avons-nous l’air ?

Placée sous le signe « de la consolidation et de l’ambition », les deux réunions du Comité des Officiers permanents de liaison (COPL) les 7 et 8 avril 2014 et du Conseil des ministres se sont tenues sans chef de délégation de La Réunion et de Mayotte. Deux départements français qui n’ont pas possibilité de défendre leurs intérêts auprès de la COI.

Claudine Ledoux récidive

L’ambassadrice déléguée à la coopération dans l’océan Indien et représentante du ministre français des Affaires étrangères a déclenché une polémique. En effet, la délégation française a intégré l’ancien président du Conseil général de Mayotte, Ahamed Attoumani Douchina, qui a été exclu des débats par les autorités comoriennes, relate le site d’information IPR. Selon France Mayotte matin, cité par IPR « le chef de la délégation France l’ambassadrice Claudine Ledoux a paniqué face aux pressions comoriennes et a expliqué qu’elle n’était pas au courant de cette invitation du président de la collectivité mahoraise ».

D’après le journal de la diaspora comorienne en France et dans le monde, « de retour à Mayotte, Ahamed Attoumani Douchina a néanmoins pu obtenu de la délégation réunionnaise (Conseil Général de La Réunion, ndlr) qu’elle soutienne publiquement l’intégration de Mayotte à la COI ». Le journal ajouté que l’UMP Mayotte a évoqué « un mépris de la part de Christine Ledoux et parle d’humiliation des responsables politiques mahorais ». Le parti demande la démission de cette dernière.

Pas de chef de délégation réunionnais

Alors que la polémique enfle à Mayotte, La Réunion a été la grande absente de ces rencontres. A contrario des autres pays de l’Océan indien (Comores, Madagascar, Maurice, les Seychelles), l’île n’a pas eu la chance d’être responsable de la délégation sensée la représenter pour défendre ses intérêts en matière de diplomatie, de connectivité régionale, d’économie bleue ou encore de financements innovants.

D’ailleurs, l’ambassadrice était venue représenter les intérêts français dans la zone, et non ceux des Réunionnais et des Mahorais. Rappelons que la nomination de Claudine Ledoux avait été vivement contestée à La Réunion, en raison de sa méconnaissance des enjeux réunionnais et mahorais, et de la zone Océan Indien. Lors de la mobilisation du 16 octobre 2013, à La Réunion, l’AJFER-Nou Lé Kapab avait dénoncé une nomination de complaisance par Laurent Fabius et appelé à son remplacement par un Réunionnais. De son côté, le Comité des Femmes Communistes s’était dit choqué face au « mépris » de l’ambassadrice lors de sa venue à l’Hotel Kréolia.

 Céline Tabou 



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Depuis le début nous savons que cette dame ne maîtrise en rien les intérêts et les enjeux qui sont ceux de nos îles dans cette zone. Il est alors urgent que les voix s’élèvent à instar de l’UMP mayotte, pour demander la démission de cette personne qui décidément ne sait s’ulistrer que par des boulettes. À ce stade, il n’y aurait pas d’ambassadrice, cela aurait été pareil.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com