Co-développement

La situation actuelle sur le front des luttes des Chagossiens

Conférence d’Olivier Bancoult, président du Groupe Réfugiés Chagos

Témoignages.re / 14 octobre 2017

Jeudi 19 octobre à 18 heures, Olivier Bancoult, président du Groupe Réfugiés Chagos, tiendra une conférence à l’hôtel de ville de Saint-Denis, salle des mariages. Voici la présentation de cet événement par le Comité Solidarité Chagos La Réunion.

JPEG - 37 ko
Olivier Bancoult, président du Groupe Réfugiés Chagos.

Le drame des Chagossiens s’enracine dans les années 1960 puis 1970, quand les deux puissances Etats-Unis et Grande-Bretagne se sont entendues pour les déporter de leurs îles où ils vivaient paisiblement depuis plus de deux siècles. Le but derrière ce crime : créer à Diego-Garcia la plus grande base militaire au monde (hors USA). Exilés de force à Maurice et aux Seychelles, les Chagossiens ont traversé les pires conditions d’existence : rejet, chômage, misère, prostitution, alcool, suicides…

L’année 2016 aurait pu marquer la fin de leur exil. C’était l’année de l’expiration du bail de location de la base au 31 décembre. Toutes les luttes des Chagossiens visaient à arracher leur droit au retour. Mais à quelques jours de cette échéance, le 16 novembre 2016, le gouvernement britannique a opposé une fin de non recevoir à la revendication chagossienne. Il reniait ainsi ses engagements et bafouait encore et toujours les droits humains.

Mais les Chagossiens ne se sont pas laissé abattre. Ils n’ont jamais renoncé à crier haut et fort qu’ils ont été victimes d’un crime contre l’humanité qui doit être réparé. Et le 22 juin 2017, c’est un vote historique de l’assemblée générale des Nations-Unies qui leur a ouvert la possibilité d’un nouveau combat. Ce jour-là, le projet de résolution présenté par Maurice demandant à l’ONU de déférer le dossier des Chagos devant la Cour internationale de Justice a été approuvée à une très large majorité (94 voix pour, 15 voix contre, 67 abstentions). La Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont été isolés. Le dossier Chagos est aujourd’hui dans les mains des juges de la Cour internationale de Justice. Et le processus est enclenché, avec des dates butoirs déjà fixées.

Ce sont les dernières avancées survenues dans cette lutte très difficile, qu’Olivier Bancoult, président du Groupe Réfugiés Chagos, nous expose aujourd’hui.

Le Comité Solidarité Chagos La Réunion