Co-développement

Le parti de Bello vante « l’expertise des services diplomatiques français »

Le choix de l’intégration est très clair

Témoignages.re / 30 avril 2016

Dans les années 1970, le PCR a initié la coopération régionale. Il s’agissait de nouer des contacts avec des pays voisins sans demander l’autorisation à Paris. À cette époque, cette démarche du PCR entraînait les pires insultes de la part de la frange la plus réactionnaire de la droite au pouvoir. Aujourd’hui, c’est PLR, le parti de Bello, qui déclare que pour les relations avec nos voisins, « nous avons besoin de l’expertise des services diplomatiques français. Faisant d’abord nos preuves ».

JPEG - 31.5 ko
La prise de position de PLR conforte l’idée de la France de l’océan Indien, représentée sur cette carte.

Hier en assemblée plénière, l’élue PLR Patricia Profil s’est indignée de l’absence des APE dans les orientations de la Région. Elle a aussi appelé à se tourner plutôt sur Madagascar et le Mozambique, et demandé à aider Mayotte.

Mais sur la méthode choisie, le parti de Huguette Bello se tourne clairement vers la France, refusant donc le droit aux Réunionnais de s’occuper de leurs affaires. C’est sans doute cela qui est le fond de l’opposition de ce groupe de deux élus à la Région à la demande d’une loi d’expérimentation.

En effet, l’élue PLR a dit au sujet de la demande de nouvelles compétences pour négocier négociation que « nous avons besoin de l’expertise des services diplomatiques français. Faisant d’abord nos preuves ».

Et d’affirmer que « si la France est armée pour mener cette politique, ce n’est pas votre cas ». Et de rappeler que le commerce extérieur dépend de l’État et exclusivement de la Commission européenne. Pour la conseillère du parti de Bello, mieux vaut travailler en collaboration avec d’autres collectivités de France : « rapprochez-vous des régions de métropole qui ont des implantations dans les pays cibles ».

Un discours qui conviendra tout à fait aux promoteurs parisiens de la France océan Indien, la structure créée par le gouvernement pour parler à la place des Réunionnais, et dirigée depuis Paris par un ambassadeur de France à la coopération régionale.

Ces propos renvoient à l’époque où le Parti communiste réunionnais était combattu parce qu’il voulait nouer des liens avec les pays voisins sans demander l’autorisation à Paris. Durant cette période, le pouvoir était dominé par la droite type UDR puis RPR. Les mots ont changé, mais le fond est le même : si Paris n’est pas dans le coup, pas question de laisser des Réunionnais discuter seuls avec les pays voisins. Le groupe PLR à la Région a repris le flambeau de cette idéologie infantilisante.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Quelle honte pour les réunionnais de tenir un tel discours ! Comment des élus réunionnais peuvent-ils ne pas comprendre que notre région est détachée du continent, se trouve dans une région géographique particulière et qu’elle a donc besoin de s’adapter à cette région par des règles spécifiques au niveau des lois, de l’économie pour s’intégrer correctement à sa zone. On ne peut pas gérer un département d’outre-mer comme on gère un département métropolitain, il y a des spécificités à prendre en compte.

    Pour la coopération régionale, il paraît pourtant évident que Paris ne peut pas défendre et représenter les intérêts de La Réunion de manière correcte car le gouvernement central ne connaît pas toutes nos réalités. De plus, comment en 2016 peut-on encore accepter d’être exclus de ce genre de décision ? Alors que les compétences existent et que nous serions tout à fait capables de prendre part à ces négociations ! A la rigueur, nous devrions demander à travailler avec l’ambassadeur de Paris, exiger le travail commun avec des représentants locaux pour être sûrs d’avoir notre mot à dire.

    Honte à ces élus qui empêchent notre territoire de s’épanouir !

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com