Co-développement

« Nous ne sommes pas ensemble que par la géographie »

Jean-Claude de l’Estrac, secrétaire général de la COI

Témoignages.re / 27 février 2016

Intervention au 31e Conseil des ministres de la Commission de l’océan Indien, le 26 février 2016 à Saint-Denis à La Réunion.

JPEG - 71.4 ko

Jean-Claude de l’Estrac a d’abord pris la parole. « Les Réunionnais avertis sont attachés à la COI », a-t-il dit, car ils y voient un outil pour construire leur avenir, a-t-il précisé en substance.

Le secrétaire général de la COI a énuméré les avancées depuis le précédent Conseil des ministres qui s’était tenu en mai dernier à Madagascar. Il a cité la relance de l’association des parlementaires de la COI, l’appréciation positive des élections aux Seychelles et aux Comores, la sécurité maritime, le lancement d’un programme de sécurité alimentaire régionale co-produit par la FAO tout en soulignant que « beaucoup reste à faire pour refaire de Madagascar le grenier de l’océan Indien ».

Jean-Claude de l’Estrac a rappelé que la COI avait été très active lors de la COP 21

Il est revenu sur la signature d’une déclaration commune avec l’Union européenne reconnaissant le droit à un traitement spécifique et différencié qui facilitera l’accès à des fonds pour financer l’adaptation au changement climatique.

Il indique qu’au travers de l’Alliance Vanille, le projet d’une compagnie aérienne régionale s’est imposé.

L’Union européenne a désormais une place significative. La COI bénéficie d’une enveloppe spécifique de 50 millions d’euros sur la période 2015-2020. 71 millions d’euros du Fonds européen de développement (FED) sont également mobilisés.

Jean-Claude de l’Estrac note que l’adoption définitive du statut d’observateur de la Chine préfigure un élargissement des partenariats.

La COI, c’est la solidarité et l’harmonie « nées d’un même socle historique et culturel. Nous ne sommes pas ensemble que par la géographie ».


Kanalreunion.com