Co-développement

« On va vers notre isolement »

La Réunion et les Accords de partenariat économique entre l’UE et l’Afrique australe

Céline Tabou / 30 décembre 2014

Pour le sénateur Paul Vergès, la situation économique et sociale de La Réunion s’aggrave d’année en année, laissant craindre « une explosion ou une implosion sociale, quelque que soit le mot, tôt ou tard, la société ne pourra plus fonctionner ».

JPEG - 39.5 ko
Paul Vergès a tenu hier une conférence de presse.

Le moment de l’explosion approche, d’autant plus lorsque les principaux responsables politiques de l’île sont exclus des dossiers majeurs pour l’avenir de La Réunion. Depuis plusieurs mois, le sénateur avant dénoncé l’absence de concertation et de dialogue des représentants de l’Etat vis-à-vis des réunionnais, sur le dossier des Accords de Partenariats Economies (APE). Des accords dont les conséquences sur l’économie réunionnaise sont avérées et craintes par les acteurs économiques de l’île.

Les Réunionnais absents des négociations

Dès la signature de ces APE, l’ensemble des pays de région océan indien pourront intégrer le marché réunionnais à des tarifs préférentiels, remettant en question l’économie de l’île, tant dans sa production et que sa commercialisation.
Face à cette situation, le sénateur a pointé du doigt la Rencontre des ambassadeurs français de la zone océan Indien réunis à La Réunion, ce mois-ci. Celle-ci a réuni les hauts responsables de pays de la zone, les représentants du Quai d’Orsay, les grandes associations et des membres de deux assemblées (Région et Département).
Alors que « le déroulement des évènements à La Réunion est un sujet de réflexion, pourquoi ces deux jours de rencontres sont passés inaperçus ». Pour Paul Vergès, le manque de transparence et de concertation des réunionnais sur des sujets qui les concernent est une injustice, car « c’est la population qui aura à subir le développement des actions des ambassadeurs de France dans toute la région ».
De plus, « pourquoi est ce que les parlementaires de La Réunion, ceux qui font les lois et discutent avec le gouvernement n’ont pas été invités, à ma connaissance ?", a posé le sénateur. Pour ce dernier, avec le chômage de masse, la pauvreté endémique, la crise du logement, de la canne et entre autre du BTP, il est certain que « les échanges qui se sont déroulés (lors de cette rencontre, ndlr) auront un impact sur les Réunionnais ».

JPEG - 42.8 ko
Le développement de Madagascar va tout changer pour La Réunion.

Union monétaire sans La Réunion

Face à l’absence des Réunionnais dans les négociations et les échanges sur La Réunion, « on va vers notre isolement », a indiqué Paul Vergès, ajoutant que « ce n’est pas la Conférence au Caire des pays africains qui va pouvoir changer grand chose pour La Réunion ».
D’autant que l’île fait partie de la Commission de l’Océan Indien, dont les pays seront représentés et pourront défendre leurs intérêts. En effet, « tous les pays de la zone économique veulent s’intégrer », à la fois par les APE qu’avec une possible union monétaire, dans un tel cas, « que va devenir La Réunion ».
L’île, département français, s’intègre dans le marché européen, cependant la distance géographique ne lui permet pas de profiter pleinement de cette intégration économique. Alors que le monde est en plein bouleversement, par le développement des pays émergents, La Réunion est située au carrefour de ces pays, comme la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud, mais aussi Madagascar et le Mozambique entre autre.
Dans un tel contexte géoéconomique, l’île pourrait défendre ses intérêts et parvenir à développer son économie, sur la base d’un modèle de coopération régionale, a expliqué le sénateur. D’autant plus la hausse démographique dans la région pèsera sur les rapports humains, diplomatiques et économiques.
« Quand Madagascar aura 55 millions d’habitants et nous 1 million, que vont devenir nos enfants et nos petits-enfants, qui vont vivre dans un environnement totalement différent de ce que l’on vit aujourd’hui », a expliqué le sénateur.


Kanalreunion.com