Co-développement

Pêche et sécurité alimentaire avec la COI

Co-développement

Témoignages.re / 23 janvier 2012

Célébration demain d’une importante contribution de l’Union européenne à l’action de la FAO dans le cadre du programme pêche de la COI.

Une cérémonie consacrant la mise en œuvre de cette contribution aura lieu le mardi 24 janvier 2012 à 17h30 à l’Hôtel La Plantation, en présence de M. Callixte d’Offay, Secrétaire général de la COI, de M. Alessandro Mariani, Chef de Délégation de l’Union européenne en République de Maurice, pour l’Union des Comores et la République des Seychelles, d’une délégation de la FAO, ainsi que des représentants des pays membres de la COI. La délégation de la FAO sera composée de M. Amadou Moustapha Kamara, représentant pour Madagascar, les Comores, l’île Maurice et les Seychelles et de M. Joachim Laubhouet, fonctionnaire principal chargé des programmes de terrain du Bureau régional pour l’Afrique, chargé de la gestion opérationnelle des résultats délégués du Programme SmartFish.

La convention de contribution de 6 millions d’euros signée entre l’Union européenne et la FAO, va permettre à cette dernière de travailler sur deux des 5 résultats attendus de SmartFish : l’adoption d’un plan d’action pour la gestion et le développement de la pêche ; et le développement de stratégies et de plan d’actions pour renforcer la sécurité alimentaire basée sur les produits de la pêche pour la région Afrique Australe et Orientale-Océan Indien (AfOA-OI).

Dotée d’une vaste expérience dans le secteur de la pêche en Afrique et d’un Code de conduite pour une pêche responsable qu’elle a fait adopter en 1995, la FAO contribuera de manière significative à travers cet accord à améliorer la gouvernance des pêches et de l’aquaculture dans la région. Le développement durable de la pêche représente un intérêt stratégique majeur pour les économies insulaires de la région. La pêche est en effet une des principales sources de revenus et de protéines pour une grande partie des populations. Mais l’épuisement des stocks et la pêche illégale suscitent aujourd’hui des préoccupations croissantes, auxquelles le programme SmartFish (http://www.smartfish-ioc.org/)tente d’apporter des réponses régionales appropriées.

Financé par l’Union européenne à hauteur de 21 millions d’euros (10e FED) dans sa première phase, le programme SmartFish , auquel 18 pays sont éligibles (membres des organisations régionales COI, EAC, IGAD et COMESA, la SADC étant partenaire associée), entend favoriser le développement économique et social des pays de la région et approfondir l’intégration régionale, à travers une meilleure gouvernance, l’exploitation durable des ressources halieutiques et aquacoles (gestion des stocks ; suivi, contrôle et surveillance), leur valorisation (transformation ; commercialisation) et leur contribution à la sécurité alimentaire.


Kanalreunion.com