Edito

100.000 morts à Madagascar en 1947 : un partage de la culture française ?

J.B. / 10 septembre 2016

Lors d’un meeting au cours de la campagne des primaires de la droite et du centre en France, François Fillon a tenu des propos inquiétants. D’après lui, la colonisation a été aussi l’occasion pour la France de partager sa culture avec des peuples situés sur d’autres continents. Rappelons que si François Fillon est candidat à une primaire, il a donc l’ambition de devenir président de la République.

Ces propos révèlent un état d’esprit. Au plus haut niveau de la classe politique française, il est bien difficile de regarder l’histoire en face. La colonisation était une entreprise de conquête et d’asservissement. Combien de crimes ont été perpétrés sous couvert d’apporter « la civilisation » ? L’année prochaine, Madagascar rendra hommage aux victimes d’une de ces tragédies. Le 29 mars 1947 débute une révolte qui sera durement réprimée. Alors que Madagascar comptait 4 millions d’habitants, 100.000 personnes ont été tuées.

Cela faisait moins de deux ans que la seconde guerre mondiale venait de se terminer. La France avait dû sa libération notamment grâce à un fort contingent de soldats venus des colonies, dont Madagascar. À peine les hostilités étaient-elles officiellement terminées en Europe que les autorités françaises massacrèrent de nombreux Algériens dans la région de Sétif. La marine française bombardait Haiphong, déclenchant une guerre qui allait durer 30 ans au Vietnam jusqu’à la libération totale du pays par la prise de Saigon en 1975.

À Madagascar, la révolte contre le régime colonial a commencé le 29 mars 1947. Le gouvernement a envoyé l’armée écraser les révoltés. La majorité des députés français a même voté la levée de l’immunité parlementaire de leurs collègues malgaches pour qu’ils puissent être condamnés par la justice. La Grande Île était à feu et à sang. Etait-ce cela la diffusion de la culture française ?

J.B.


Kanalreunion.com