Edito

295 innocents abattus par un tir de missile en Ukraine ?

Crash d’un 777 de la Malaysian Airlines

J.B. / 18 juillet 2014

L’avion volait à son altitude de croisière, à 10.000 mètres du sol. Il reliait Amsterdam à Kuala Lumpur et passait au-dessus de l’Ukraine au moment de la perte de contact. Il s’est écrasé, aucun survivant.

100 ans après l’attentat de Sarajevo déclencheur de la Première guerre mondiale, un fait dramatique risque d’aggraver le conflit en Ukraine. 300 innocents sont morts. Un avion de la Malaysian Airlines s’est écrasé dans l’est du pays.

Ce sont les agences de presse russes qui ont été les premières à annoncer la nouvelle. Un avion de la Malaysian Airlines a disparu au dessus de l’Est de l’Ukraine, dans la région où l’armée de Kiev a lancé depuis plusieurs semaines une grande offensive militaire contre des opposants.
Aussitôt connue la tragédie, Kiev n’a pas manqué d’accuser les rebelles d’avoir commis une telle attaque. « Nous n’excluons pas que cet avion (malaisien) ait pu être abattu et nous soulignons que les forces armées ukrainiennes n’ont pas effectué de tirs susceptibles d’atteindre des cibles dans les airs », a déclaré le chef de l’Etat ukrainien.
Quant aux rebelles, ils disent ceci : « des témoins ont vu le Boeing 777 attaqué par un avion de chasse ukrainien. Après quoi, l’avion de ligne s’est brisé en deux et est tombé sur le territoire de la République de Lougansk (autoproclamée par les rebelles dans l’est de l’Ukraine). Après l’attaque, l’avion ukrainien a été abattu et est tombé lui aussi sur le territoire de la République de Lougansk ».

L’avion volait à son altitude de croisière, à 10.000 mètres du sol. Il reliait Amsterdam à Kuala Lumpur et passait au-dessus de l’Ukraine au moment de la perte de contact. Si la thèse d’un tir soutenue par les deux parties du conflit se confirme, il faut alors savoir que seul un avion de chasse ou une batterie de missiles anti-aériens peut infliger des dégâts à un aéronef volant à cette altitude. Cela limite donc drastiquement le nombre des responsables potentiels d’une telle tragédie.

Cela montre aussi jusqu’où ce conflit peut aller. Rappelons que tout est parti de la volonté occidentale d’étendre son hégémonie dans cette région très proche de la Russie. Derrière l’accord d’association à l’Union européenne se cache en effet l’impérialisme de l’OTAN. A l’exception de l’Autriche, de la Suède et de la Finlande, tous les membres de l’Union européennes font partie de l’OTAN, et en particulier trois anciennes républiques soviétiques : Lituanie, Lettonie et Estonie.

Cela rappelle l’urgence d’une trêve et de négociations. Gageons également qu’une enquête indépendante pourra faire toute la lumière sur les responsabilités dans ce drame qui a coûté la vie à 295 innocents.

J.B.


Kanalreunion.com