Edito

36 ans après, le souvenir de ce passé est toujours aussi intact

J.B. / 11 juillet 2013


Les lecteurs de “Témoignages” ont dû être surpris, hier, en lisant un article de LB, alias Lucien Biedinger, qui évoquait sa rencontre impromptue avec le Président James Michel. Pour qui connaît Lulu et sa légendaire modestie, c’est bien la première fois où il parle de lui. Quelle est la magie de cette rencontre sur notre ami ?

Il relate : « ... James Michel a quitté le "Floréal" afin de rejoindre son véhicule sur le quai du port et se rendre à Saint-Denis pour la fin de son séjour à La Réunion. J’en ai profité pour le saluer à travers la vitre et aussitôt il m’a reconnu et puis il est sorti de la voiture pour des embrassades très chaleureuses ».

Il n’en dira pas plus sur les émotions partagées, mais chacun peut aisément imaginer la scène où un Président de la République des Seychelles arrête sa voiture officielle, bravant les protocoles, pour saluer une connaissance ! Un tel geste d’amitié est le résultat d’une rencontre : la Conférence internationale des Hommes de Religion pour l’Océan Indien qui s’est tenue dans la capitale Malgache, du 15 au 18 avril 1977. Les 2 hommes y étaient et

À cette époque, l’évènement était très important, car les Américains avaient installé une base miliaire et nucléaire à Diégo Garcia. Pour cela, ils avaient eu la complicité des Anglais pour chasser le peuple Chagossien de leur pays. Les débats de la Conférence étaient très fructueux, et avaient un point commun la lutte pour de faire de l’océan Indien une Zone de Paix. “Témoignages” pouvait titrer le lendemain « très grand succès de la Conférence des Hommes de religions ». Outre La Réunion et Seychelles, il y avait également une représentation de Tanzanie, de Maurice et de Madagascar, le pays hôte. La rencontre visait à demander le démantèlement des bases militaires.

Des liens d’amitié inoubliables se sont tissés entre les Seychelles et La Réunion à cette occasion. Dans une précédente visite à La Réunion, James Michel se souvenait de Lucien Biedinger et avait essayé de lui parler au téléphone, car il était en France. 36 ans après, le souvenir de ce passé est toujours aussi intact.

J.B.


Kanalreunion.com