Edito

À quand la prise de conscience ?

LB / 21 avril 2010

Pourquoi Élie Hoarau, secrétaire général du Parti Communiste Réunionnais, et d’autres responsables de cette organisation ont-ils tenu une conférence de presse avant-hier ? Pour trois raisons, essentiellement.

D’abord, parce que la situation de la plupart des Réunionnais est grave — voire parfois même très grave — et qu’elle va encore s’aggraver très rapidement, si des mesures ne sont pas prises pour s’attaquer aux causes de cette situation.
Ensuite, parce que la majorité des détenteurs de pouvoirs dans notre île et même une bonne partie des citoyens, formatés par la propagande du pouvoir médiatique, ne sont pas assez conscients de l’ampleur de ce drame et de ses raisons.
Enfin, parce que la prise de conscience et l’analyse de cette réalité très inquiétante doivent déboucher sur un sursaut individuel et collectif des Réunionnais, afin de la transformer.

Le système économique, social, culturel et politique imposé au peuple réunionnais de plusieurs façons depuis des siècles fait qu’aujourd’hui, 52% de la population doit survivre sous le "seuil national de pauvreté". (notre photo) Et si l’on veut construire un développement durable à La Réunion, il faut se rendre compte qu’il n’y a pas de solution avec ce système.
En effet, il ne crée pas assez d’emplois ni de logements pour les Réunionnais ; il ne partage pas les revenus de façon équitable et prive la majorité de la population de moyens de vivre décemment ; il méprise, voire nie l’identité culturelle réunionnaise ; il empêche nos concitoyens d’être des acteurs libres et responsables de la construction de leur avenir.

Comme l’a dit Élie Hoarau avec ses camarades, une telle société ne peut pas tenir de cette façon ; et nous devons tous savoir que l’union des Réunionnais autour d’un projet commun est donc le seul moyen d’éviter l’explosion sociale. À quand cette prise de conscience ?

L. B.


Kanalreunion.com