Edito

À quand la transparence sur le projet d’accord commercial avec nos voisins ?

J.B. / 2 mai 2016

Greenpeace Pays-Bas a obtenu 248 pages confidentielles du projet de traité de libre-échange transatlantique (Transatlantique Free Trade Agreement, TTIP ou TAFTA). Ces documents seront rendus publics intégralement par Greenpeace Pays-Bas ce lundi 2 mai à 11h du matin.

« Ils représentent les 2/3 du texte du traité à l’ouverture en avril du 13e round de négociation entre les Etats-Unis et l’Union Européenne à New York. Ils recouvrent treize chapitres sur des questions allant des télécommunications aux pesticides, de l’alimentation à l’agriculture en passant par les barrières commerciales.

D’après cette fuite, l’Accord de Paris sur le changement climatique sera mis à mal, car « les intérêts commerciaux ne semblent être soumis à aucune règle ni objectifs de réduction des émissions de CO2. Pire, les mesures de réduction semble être entravées dans les chapitres sur la « coopération règlementaire » et sur « l’accès aux marchés » des biens industriels. Par exemple, la régulation des importations de carburants forts émetteurs de CO2 comme ceux issus des sables bitumineux serait proscrite. »

Les documents présentés montreront aussi que le principe de précaution passe au second plan.

Ces révélations vont être un coup de pied dans la fourmillère, car elles metttent à mal la stratégie du secret poursuivie jusqu’à présent par l’Union européenne de ne pas informer les citoyens des avancées des discussions avec les États-Unis. L’objectif est de réunir dans une seule zone de libre-échange les deux premiers blocs économiques du monde en termes de PIB : l’Union européenne et les États-Unis.

Aujourd’hui, des éléments de discussion seront mis dans le public. Ils montrent que les discussions se situent bien loin des attentes formulées lors de ce 1er mai. Les travailleurs ne demandent pas un nivellement vers le bas.

Les Réunionnais sont dans la même situation que les Européens. L’Union européenne compte en effet signer avec les États voisins un accord de libre-échange, l’APE. La Réunion étant une région de l’Union européenne, elle est très concernée. En effet, à la différence des régions située en Europe, notre île compte parmi tous ses voisins des signataires de l’APE. La Réunion n’est pas représentée dans les négociations. La France a un rôle d’observateur.

C’est pourquoi voici 10 jours, à la veille de la conférence de coopération régionale, le PCR a demandé à Luc Hallade, ambassadeur de France à la coopération régionale, de communiquer à l’opinion le contenu des discussions de cet accord commercial.

Les révélations de Grennepeace rappellent que des discussions placées sous le sceau du secret peuvent avoir des fuites. Souhaitons que l’ambassadeur de France n’attende pas que le texte soit publié dans la presse pour accéder à cette demande du PCR.


Kanalreunion.com