Edito

Adaptation au changement climatique : quels projets à La Réunion ?

J.B. / 17 juillet 2017

JPEG - 13.7 ko

Pour l’ONU, un des défis supplémentaires lié au changement climatique est la croissance de la population dans les villes. C’est ce que rappelle un communiqué présentant un rapport récemment publié :

« D’après un nouveau rapport des Nations Unies, l’urbanisation rapide rend la population mondiale plus vulnérable aux effets du changement climatique. Le rapport présente différentes initiatives visant à renforcer la résilience des métropoles, des villes et des villages dans le monde entier.

Plus de la moitié de la population mondiale est aujourd’hui citadine, et d’ici 2050, 2,5 milliards d’individus supplémentaires devraient vivre dans des villes. Les pluies torrentielles et les tempêtes sont de plus en plus fréquentes dans les agglomérations densément peuplées telles que New York, Bombay et Jakarta. Ces phénomènes touchent le plus durement les individus vivant dans des habitats marginalisés et informels, tels que les bidonvilles. La désertification détruit les terres arables, nécessaires pour nourrir les populations urbaines toujours plus importantes. De plus, la montée du niveau des mers menace les habitants des régions côtières, des deltas et des petits Etats insulaires.

Pour lutter contre ces différentes menaces au développement durable, de nombreuses villes ont pris des mesures pour développer leur résilience et répondre aux risques grandissants liés au climat. Grâce à des initiatives telles que 100 Resilient Cities et la Convention des maires, les dirigeants des villes ont montré leur engagement à travailler ensemble pour faire face aux changements climatiques et à leur impact. Les décideurs politiques, les professionnels et même les particuliers prêts à s’engager pour cette cause disposent de nombreuses ressources, grâce au soutien d’organisations telles que la Banque mondiale, ICLEI et ONU-Habitat. »

La population des villes du littoral est donc en première ligne. À La Réunion, la plupart des centres urbains les plus importants sont en zone côtière. Elle est donc particulièrement soumise à des risques liés à la montée du niveau de la mer.

Devant ce risque, l’ONU en appelle à la mobilisation des collectivités territoriales. Cet appel a bien du mal à arriver à La Réunion. En effet, les investissements les plus importants ne concernent pas l’adaptation au changement climatique. Certains pourraient même renforcer la vulnérabilité de la population, comme la construction d’une ville nouvelle à Cambaie, une plaine côtière menacée de submersion.

Le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris ne protégera pas sa population des effets du changement climatique. Devant ce phénomène inéluctable, de grands chantiers d’adaptation devront être menés. Aux collectivités de prendre l’initiative et de sortir les projets des cartons.