Edito

Agir selon l’esprit du développement durable

J.B. / 16 janvier 2013

Dumile est passé et les collectivités n’ont pas fini de faire face aux dégâts. Les coûts sont élevés. Cela montre l’importance d’anticiper dans tous les domaines afin d’atténuer les conséquences financières et les désagréments des usagers. Il faut agir selon l’esprit du développement durable.

Le désenclavement du Sud est un sujet préoccupant. La construction de la route des Tamarins à moyenne altitude avait permis d’apporter une partie de la solution. Il fallait continuer par la construction d’un pont enjambant le Bras de Cilaos, au niveau de La Rivière. Gamède n’a pas suffisamment servi de leçon en 2007. Nous sommes en 2012, soit 5 ans après. Rien n’a été fait. Dumile est venu nous rappeler cette priorité : il a arraché le radier du Ouaki. Hier, le radier près du pont de la Rivière Saint-Etienne a été ouvert à la circulation au grand soulagement des usagers du Sud. Celui du Ouaki sera livré bientôt. Les élus du Sud devraient se réunir d’urgence pour défendre les intérêts de leurs ressortissants, sur le long terme.

L’autre sujet, c’est la collecte et le traitement des déchets verts, au lendemain d’un cyclone. En quelques jours, des milliers de tonnes de verdures doivent être collectées et traitées. A ce jour, des tas sont encore en souffrance alors qu’un deuxième phénomène cyclonique menace. Les Réunionnais continuent à élaguer alors que les sites sont saturés. Là encore, il y a urgence à agir. Les solutions à moyen et long termes doivent être étudiées et appliquées.

L’anticipation aurait permis à EDF d’éviter de débourser 1,5 millions comme il a été annoncé au lendemain du cyclone. Une grande politique d’enfouissement des câbles est possible comme c’est le cas dans la ville du Port. Il en est de même pour la captage et la distribution de l’eau. Il n’est pas normal que les habitants du Tampon soient constamment victimes de coupures d’eau alors que dans une commune comme celle du Port, elles n’existent plus depuis des dizaines d’années. Dans notre île, il y a suffisamment d’eau pour nos besoins.

L’anticipation c’est lorsque la Région Réunion, sous l’ancienne mandature, a travaillé sur les objectifs de développement de l’énergie renouvelable, pour atteindre l’autonomie énergétique. On a fait appel aux modes de production traditionnel. On a surtout initié des innovations. Par exemple, le pompage en profondeur de l’eau douce et la ramener en surface pour climatiser des administrations de Saint-Denis, Sainte-Marie et l’Hopital de Saint-Pierre.

Ces quelques exemples sont suffisamment clairs pour montrer l’importance de l’anticipation.

J.B.


Kanalreunion.com