Edito

Aimé Césaire : « il y a encore de beaux jours pour l’Homme et merci aux Réunionnais de nous le rappeler, aujourd’hui »

J.B. / 26 juin 2013

On fête le centenaire de la naissance d’Aimé Césaire, aujourd’hui. Des hommages viennent du sommet de l’Etat à la ville de Sainte-Suzanne. Tous saluent l’intellectuel et le politique qu’il a été, mais nous, Réunionnais, nous avons une dimension supplémentaire à ajouter : l’un des fondateurs de la loi du 19 mars 1946, l’ami des Réunionnais et des Vergès.

En effet, Aimé Césaire était le rapporteur de la loi du 19 mars 1946, avec Raymond Vergès et Léon de Lépervanche. Il en garde un profond souvenir. En 2009, soixante ans après cette date historique, il a accordé à Paul Vergès un échange en visioconférence. C’est un document exceptionnel, car il livre ses réflexions sur le contexte et les enjeux de cette loi ; il assume les contradictions qui en ont découlé par la suite et, dans une démarche dialectique, il soulève la question de l’Egalité pour le monde entier.

De ce monde, il dira :  « le monde est en danger, mais le vieillard que je suis vous dit : eh bien, nous savons ce que nous avons hérité, je sais ce que nous avons fait, Raymond Vergès et moi. Mais oui, un cycle est terminé, je vous passe le flambeau. Mais oui un cycle est terminé, mais un autre cycle commence. Il faut tenir compte de tout cela et faire un monde nouveau, sans nier le passé. Mais il y a encore à faire, il y a encore de beaux jours pour l’Homme et merci aux Réunionnais de nous le rappeler, aujourd’hui. »

Ce fantastique message d’optimisme qu’il délivre en 2009- à l’âge de 96 ans- s’adresse à chaque Réunionnais. « Faire un nouveau monde » est bien le projet du PCR. C’est pour cela qu’il a été créé. Cela donne du poids au 8e Congrès du PCR qui se tient dans un contexte très difficile où les solutions ne sont pas évidentes. Comme en 1946, il faudra trouver le mot d’ordre juste - et non pas un catalogue de propositions- qui puisse rassembler le maximum de Réunionnais.

J.B.


Kanalreunion.com