Edito

Air Austral : la fuite en avant de l’ex-triple président ne dit rien de bon

J.B. / 18 mars 2015

Ce lundi, Air Austral tenait une assemblée générale extraordinaire. Au moment d’envoyer les convocations, Didier Robert était alors triple président, à la fois d’Air Austral, de la SEMATRA, actionnaire à 98 % d’Air Austral, et de la Région Réunion, collectivité qui subventionne Air Austral via une aide publique pour payer une partie du billet d’avion de nombreux clients. Didier Robert avait donc fixé l’ordre du jour : changement de gouvernance. Suite à sa conférence de presse du mois dernier, il annonçait soumettre au vote des actionnaires : fusion du conseil de surveillance et du directoire en un conseil d’administration. L’issue ne faisait guère de doute, car Didier Robert est le président d’une société détenant 98 % des actions.

L’Alliance avait dénoncé le coup de force. Pour la première fois depuis qu’Air Austral existe, aucun élu ne fera partie du Conseil d’administration. Un comble quand on sait que la part de l’actionnariat public, via la SEMATRA contrôlée majoritairement par la Région, n’a jamais été aussi important dans le capital d’Air Austral. L’Alliance demandait donc a minima un débat sur cette question avec tous les conseillers régionaux. Il faut en effet rappeler que si Didier Robert est arrivé un jour à la tête d’Air Austral, ce n’était pas parce qu’il était un actionnaire lui-même, mais parce qu’il représentait la Région dans la SEMATRA. Sa présence était donc l’émanation d’un processus démocratique qui ne l’exempte pas de rendre des comptes à ceux qu’il représente.

Comme il fallait s’y attendre, le résultat de l’assemblée générale a tourné au ridicule. Didier Robert n’est pas membre du Conseil d’administration, mais il sera « invité » à toutes ses séances. Ensuite, la SEMATRA, société présidée par Didier Robert, sera consultée avant toute décision stratégique. Enfin, l’ancien directoire persistera sous une autre forme, par l’intermédiaire d’un comité exécutif hebdomadaire.

La réunion du premier Conseil d’administration « nouvelle gouvernance » a donné le ton : l’« invité » Didier Robert était au centre de la table. Autrement dit, le changement de gouvernance n’a été que simple apparence. Le président de la Région et de la SEMATRA aura son mot à dire pour toute la stratégie. Où est le changement ?

Rappelons que le prétexte à cette réorganisation d’Air Austral était de tenir compte d’une remarque de la Chambre régionale des comptes. L’ex-triple président avait mis en exergue le fait que les magistrats lui demandaient d’arrêter de cumuler les présidences d’Air Austral, de la SEMATRA et de la Région Réunion. Didier Robert a donc été forcé de démissionner d’Air Austral, mais il sera invité à tous les Conseils d’administration.

Personne n’est dupe. Si le cumul était vraiment le problème principal, alors Didier Robert n’aurait pas osé pareille manœuvre, il n’aurait jamais mis les pieds dans le conseil d’administration d’Air Austral.

Cette fuite en avant de l’ex-triple président d’Air Austral ne dit rien de bon. Elle montre bien que le problème est ailleurs. Tout le monde a noté que le changement est d’ordre juridique : Didier Robert ne fait plus partie juridiquement des responsables d’Air Austral.


Kanalreunion.com