Edito

Air France et Emirates s’inspirent d’Air Austral

Low-cost long-courrier

Manuel Marchal / 26 septembre 2017

Face à l’offensive d’Air France via Joon, le projet d’Emirates n’est pas sans rappeler celui lancé par l’ancienne direction d’Air Austral voici plusieurs années et abandonné par l’équipe actuelle.

JPEG - 37.9 ko
Si le projet de l’ancienne direction d’Air Austral n’avait pas été abandonné, les Réunionnais auraient déjà droit à des billets d’avion 30 % moins chers, sans subvention avec l’Airbus A380.

Air France a présenté hier les premières destinations et les tarifs de sa nouvelle filiale low-cost, Joon. Pour le long-courrier, Joon propose des vols entre Paris et les Seychelles à partir de 299 euros aller-retour, et pour Fortaleza au Brésil à 249 euros l’aller-retour toujours au départ de Paris. À ce tarif, il faudra débourser des sommes supplémentaires pour pouvoir enregistrer un bagage en soute ou bénéficier d’un plateau-repas pendant le vol. Les destinations seront dans un premier temps desservie par des A340 puis des A350. Il est à noter qu’Air France ne pousse pas jusqu’au bout le modèle low-cost puisqu’une classe affaire continuera à exister sur la compagnie Joon, avec des services gratuits tels que le repas en vol.

La création de Joon est pour Air France un moyen de lutter contre la concurrence des low-cost et des compagnies du Golfe sur le long-courrier. Joon vise à s’implanter sur les lignes déficitaires ou à créer.

Pendant ce temps, Emirates prépare déjà sa riposte. Un article publié dans « Air Journal » daté du 24 septembre annonce en effet le projet d’un Airbus A380 capable de transporter 853 passagers : « Tim Clark, le président d’Emirates, a annoncé au site Skift qu’il envisageait de créer différentes sortes de classes économiques : à la classe Economique classique s’ajouteraient une classe Premium et une « budget economic ». Conscient que de nombreux passagers préfèrent choisir les prix les plus bas, il souhaite que sa compagnie puissent répondre à cette priorité.

La compagnie de Dubaï pourrait donc réduire ses coûts en réduisant l’espace des sièges de sa classe Economique actuelle. 11 passagers pourraient ainsi occuper une même rangée, contre 10 actuellement. Les services pourraient également être limités afin de réduire les coûts au maximum. Le repas restera gratuit mais les bagages supplémentaires et le choix de la place deviendraient payants.

Emirates songe même à dédier intégralement des vols au low-cost, de quoi faire voyage 853 passagers en même temps dans un même avion. Aucune compagnie n’a encore tenté de remplir à ce point un A380 bien qu’Airbus, lors de la présentation de l’avion avait présenté sa capacité d’accueil juqu’à 853 passagers maximum ».

Le projet d’Emirates n’est pas sans rappeler celui lancé par l’ancienne direction d’Air Austral voici plusieurs années et abandonné par l’équipe actuelle. Il s’agissait de faire voler un Airbus A380 emmenant plus de 800 passagers dans une classe unique. Le but était d’arriver à produire des billets d’avion 30 % moins cher. Ce prix d’appel plus bas aurait automatiquement créé une augmentation du trafic entre La Réunion et la France, sans que cela mette en danger Air Austral. Cela aurait par contre découragé l’implantation de concurrents dans ce secteur qui s’appellent aujourd’hui French Blue et peut être Joon demain.

Voici donc deux des plus importantes compagnies du monde qui reprennent à leur compte le modèle proposé voici déjà de nombreuses années par l’ancienne direction d’Air Austral. Si ce projet avait été mené à terme, l’A380 d’une compagnie réunionnaise permettrait au groupe Air Austral de proposer des billets d’avion déjà 30 % moins chers, ce qui aurait aussi pu permettre de créer des emplois. Au lieu d’être à l’avant-garde de cette nouvelle démocratisation du transport aérien, La Réunion est désormais à la traîne et ne dispose pas des outils nécessaires pour être en phase avec l’évolution historique de ce secteur économique.

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Tortue y voit pas son queue. Lors de la récente prise de parole sur les ondes de la TV, le président de la Région a fait allusion aux critiques de ses adversaires. Selon lui, ceux qui dénoncent le choix de la NRL et notamment l’abandon du tram train, sont dans l’erreur et "punis" par les grands électeurs. Pour ce personnage, les modes de transports à la Réunion doivent se limiter aux embouteillages ( avec sa promesse de mettre sur route 2 000 bus, promesse non tenue) . Quant aux transports aériens,selon lui, la continuité territoire que bénéficie une frange de la population, une fois par an, était la meilleure solution. L’ensemble des contribuables réunionnais doivent payer pour ceux qui voyagent. Alors que la continuité territorial doit être prise en charge par l’Etat, comme pour la Corse . Aujourd’hui, la vérité éclate. L’idée de maximaliser l’exploitation de l’A380 afin de réduire le cout du billet d’avion tout en démocratisant l’accès vers la métropole proposée par l’équipe de Paul Verges, trouve échos favorable par une autre compagnie aérienne. L’idée d’exploiter les 850 sièges de l’A380, n’était pas utopique. Faire preuve d’intelligence c’est aussi reconnaitre ses erreurs. Quant à la nouvelle équipe régionale,elle préfère le comportement de l’autruche. Dans cette position,elle est comme la tortue : lu voi pa son queue

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com