Edito

Alamélou : monsieur je veux tout, toute de suite

Témoignages.re / 17 janvier 2012

Il y a 2 ans et demi, Maurice Gironcel réunit tout son conseil municipal et répartit les tâches pendant son « absence ». Yolande Pausé s’occupe de la Mairie et Daniel Alamélou du Conseil général. Ils sont tous d’accord pour reconduire Maurice à la Mairie, dès qu’il le pourra. TOUS !

Mais, au moment de respecter sa parole, Daniel Alamélou dit son refus. Pire, il dira qu’il n’a jamais donné sa parole. Ainsi, à la trahison, il ajoute l’imposture. Qu’importe si son élégance est souillée, il veut être calife à place de Maurice Gironcel, quitte à combattre Yolande Pausé !

Ces 2 années se sont écoulées très vite. Le bilan est très intéressant. Sitôt élu au Conseil Général, Daniel Alamélou a passé son temps à déstabiliser Yolande Pausé. Il s’oppose à l’embauche d’un directeur de cabinet et organise une véritable cabale contre son maire, alors qu’il lui doit respect et solidarité en tant que premier adjoint du maire.

Il pousse des employés de commune à paralyser les services municipaux, surtout les services de cantines. L’objectif poursuivi par le premier adjoint est de contraindre son maire à la démission. Il a profité d’un conseil municipal pour appeler des élus à « sécher » la séance. Il voulait obtenir le non-quorum. Il organise des associations afin de manifester contre la Mairie pour des problèmes de prix de l’eau et d’odeur du Centre d’enfouissement des déchets. À chaque fois, il fait semblant de recevoir les manifestants pour pouvoir tirer un profit médiatique. Ti mari bon cœur.

Aujourd’hui, il jette le masque qui camouflait son visage. Il monte une liste et combat Yolande Pausé. Est-ce un hasard si toutes les personnes qui ont manifesté durant ces 2 années et demi contre elle sont devenues les fervents soutiens du premier adjoint-comploteur ? Si Yolande Pausé et lui sont contre Maurice, pourquoi n’a-t-il pas fait une liste avec son maire intérimaire ? Il était déjà conseiller général ! Cela ne lui suffisait pas ?

En fait, il est devenu un monsieur : « Je veux tout ! Toute suite ! »

C’est terrible comment le pouvoir, en 2 ans et demi seulement, a fini par façonner un personnage gagné par l’ambition personnelle, l’appât des indemnités, le paraître, la vanité et la suffisance.

J.B.


Kanalreunion.com