Edito

Alamélou, qui foule aux pieds des règles définies par tous et acceptées publiquement, doit-il avoir les honneurs des médias ?

J.B. / 29 décembre 2011

Combien de fois n’avons-nous pas entendu dire que « les élus sont des gens qui ne respectent pas leur parole » ; « ils ne tiennent pas leur promesse » ; « ils sont tous pareils » ; « ils ne pensent qu’à eux », etc. Les médias sont friands de ces propos qui tendent à rabaisser la fonction élective. Surtout en période de crise où les solutions ne sont jamais aisées. Mais, pour peu que des élus respectent leur parole, on leur tombe dessus.

À Sainte-Suzanne, nous avons un maire, Maurice Gironcel, qui est injustement frappé d’inéligibilité par des magistrats alors même que ces derniers reconnaissent sa probité. C’est une décision rare et grave, car c’est le peuple, souverainement, qui l’a élu comme maire. Mais, comme la justice est rendue aussi au nom du peuple, il appartient donc au peuple en dernier ressort de donner son avis. L’engagement est donc pris par tous les élus de s’adresser au peuple, ensemble, dès l’instant où Gironcel devient disponible.

Depuis ce moment, toutes sortes d’arguments sont avancés pour ne pas respecter sa parole. Daniel Alamélou déclare que c’est lui qui doit être maire ; Yolande Pausé demande d’attendre en 2014. Dans, les 2 cas, ces conditions sont contraires aux engagements pris publiquement et devant la section communiste.

D’autres élus décident, eux, de respecter leur parole et déposent leur démission. Ce qui provoque de nouvelles élections. La tenue de ces élections est déjà une victoire considérable de ceux qui respectent leurs principes moraux et publics. C’est pourquoi il est difficile de suivre les médias qui s’en prennent à Gironcel et ses amis.

En effet, voilà des élus intègres, qui respectent leur parole. Ils montrent qu’ils ne sont pas accrochés à leur mandat. Pour eux, les principes sont au-dessus des préoccupations immédiates. Pas de mandats et pas d’indemnités. Leur geste aurait dû recevoir un accueil pour l’exemplarité dans les médias, en saluant des gens désintéressés. Si les médias ne confondent pas publiquement ceux qui trompent l’opinion en ne respectant pas leur parole, alors ils doivent s’interroger sur leur contribution critique pour l’essor démocratique dans notre société.

On peut s’opposer sur le contenu politique, mais pas sur des principes ! Les dictatures s’installent quand le pouvoir est utilisé pour construire ses propres règles, foulant aux pieds les règles communes, acceptées par tous et en public.

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Nous savons tous que la majorité des médias travaillent pour l’UMP que ce soit à la Réunion ou en métropole ! alors pas étonnant que ces médias prennent position pour les adversaires de Maurice Gironcel et soutiennent ce qui trahisent la parole donnée et les régles démocratiques !! en vigueur dans le parti ! mais leurs soutients n’empéchera pas la réélection de Maurice Gironcel fin janvier 2012.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • les médias ne sont pas les électeurs , c’est nous qui votons ; bastia aux journalistes qui racontent ceux qu’ ils veulent, soyez intégres. messieurs les journalistes venez sur le terrain avant de faire des articles

    bravo au sécrétaire du parti Elie Hoareau qui est venu soutenir notre

    camarade Gironcel

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com