Edito

Alerte : dangers en tout genre

J.B. / 3 octobre 2013

Les signes d’une aggravation durable de la situation sociale se précisent. Désormais, plus personne ne peut dire : « je ne savais pas ». La période où Fabius, Premier ministre de Mitterrand, déclarait, dans l’affaire du sang contaminé, qu’il était « responsable mais pas coupable » est révolue. Les éléments d’analyse et d’expertise sont à la disposition de tous les décideurs politiques. Que vont-ils en faire ?

Si la presse est le reflet de la vie politique, un observateur averti noterait que personne — en dehors des communistes — ne se préoccupe de la survie de la société réunionnaise. Le GIEC peut faire ce qu’il veut pour attirer l’attention des intéressés, les élus considèrent cela comme dérisoires et ont d’autres priorités que de réfléchir sur les conséquences des décisions politiques adaptées.

Des alertes sont lancées pour rappeler que la bonne santé du climat dépend de la diminution de production de gaz à effet de serre. Quelles décisions allons-nous prendre pour apporter notre contribution à l’effort mondial de réduction de ces gaz ? Chaque maire, chaque conseiller, pris individuellement devra montrer l’exemple. Ainsi, allons-nous continuer à dépenser pour construire des routes quand il faut prendre la décision de diminuer le nombre de voitures-pollueuses ?

Le rapport de l’INED sur l’évolution de la démographie constitue l’autre alerte. Elle est très sérieuse. La population continue d’augmenter dans des proportions importantes. La répartition spatiale fera que c’est le continent africain qui sera le plus peuplé tandis que l’Europe va décliner. Avec de tels enjeux, une nouvelle civilisation fera son apparition, faite de partage, de solidarité et responsabilité.

Il est inconcevable d’imaginer une société de compétition à outrance où les plus forts vont manger les pauvres. Cela commence dès l’école primaire.

 J.B. 


Kanalreunion.com