Edito

Alon bat’ carré Brasilia

Geoffroy Géraud-Legros / 27 juillet 2010

A grand frais et à grands fracas de communication, Daniel Gonthier a "sauté la mer" en compagnie de 6 représentants institutionnels. Ensemble, ils ont rejoint dans l’Hexagone un expert de l’UNESCO et un membre du comité scientifique du Parc national des Hauts. 7 personnes plus une composent donc ce que Daniel Gonthier, relayé par les médias, nomme fièrement la « délégation réunionnaise ». Destination de cet équipage : Brasilia, où se tient depuis dimanche la 34e session du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Enjeu : le classement de nos cirques et de nos montagnes au patrimoine mondial.
Cette distinction rejaillirait sur tous les Réunionnais, comme le classement du maloya par cette même institution il y a moins d’un an.

Fallait-il pour autant déplacer tout ce beau monde dans la capitale brésilienne ? Renseignements pris, il apparaît –sans surprise- que la candidature de La Réunion sera avant tout portée par le représentant de la France, État partie à la Convention.
Ce qui n’exclut pas bien entendu que certains de nos voyageurs puissent y jouer un rôle réduit, mais explique, en revanche, la perplexité des interlocuteurs brésiliens joints par "Témoignages" : au téléphone, ces derniers, étaient bien en peine de donner des renseignements relatifs à une quelconque « délégation réunionnaise ». A noter aussi que l’émissaire de la République française présentera en parallèle le dossier présenté par la cité épiscopale d’Albi.

Daniel Gonthier lui-même n’a jamais été très précis quant au déroulement exact de la procédure devant les experts de l’UNESCO. En l’absence de transparence, on peut comparer son itinéraire à celui de son homologue albigeois. Et il faut le dire : la comparaison n’est guère en faveur de l’élu pannonais.

La candidature d’Albi est soutenue par deux membres : le maire de la ville, Philippe Bonnecarrère, accompagné par… le maire de la ville béninoise d’Abbomey, M. Blaise Ahanhanzo Glélé. « Inscrite dans la coopération Nord-Sud », et « composée de la manière la plus simple et la plus économe » : c’est ainsi que l’élu du Sud de la France décrit sa mission au Brésil. Humilité, volonté de partage, universalisme : cet affichage de candidature contraste avec le comportement de notre médiatique et coûteuse "délégation", dont le dirigeant Daniel Gonthier vient de mettre à la porte plusieurs emplois verts… mais est bien entouré de compagnons de voyage, bien heureux sans doute d’aller « bat’ carré ».

G.G.-L.


Kanalreunion.com