Edito

Annette-Bello obligé de mendier auprès de Paris

J.B. / 30 septembre 2015

Quand nous évoquons le triste destin de Bello et le gâchis qu’elle a engendré, il nous arrive d’entendre quelques propos empreints de désarroi, du genre : ah, vous exagérez ! Elle arrive toujours à se faire passer pour la victime de méchants hommes. Pour combien de temps encore ? On mesure là le travail des médias qui ont sculpté un personnage sans aspérité et sans tâche. Pourtant, des questions ne manquent pas, les réponses auraient intéressé les Réunionnais. Alors, faute de mieux, nous allons nous contenter de son grand estime pour Annette Gilbert.

Le maire de Saint-Denis s’est octroyé le titre de « premier des socialistes » pour les régionales, non pas pour prendre la tête d’une liste mais pour empêcher l’union des socialistes sur une même liste. Ce qui a fait dire à Patrick Lebreton, qu’il a attendu un signal qui n’est jamais venu. Ce n’est pas sympa vis-à-vis de quelqu’un qui s’était rendu au Congres du PS, à Saint-Denis, et dont la présence à été amplement signalée. Aujourd’hui, Annette s’est installé dans le rôle de directeur de campagne pour le compte de Bello. Il a été présenté dans l’éditorial d’un confrère comme un stratège hors pair.

En vantant les qualités insoupçonnées de Annette Gilbert, c’est Bello qui passe pour une nullité. Ou à tout le moins pour une manipulée. En d’autres termes, Il obtient ce qu’il veut d’elle. A continuer ainsi, les médias exposent Annette aux courroux de Bello, car elle répugne à jouer le second rôle. Dimanche soir, Reunion 1ère TV a invité Annette, qui n’est pas candidat. Il s’est présenté comme une tête de liste. A Saint-Denis, ses posters tapissent la ville.

Or, Bello attend toujours l’investiture du PS parisien, qui lui avait été promise. Les téléspectateurs ont vu comment Anette a essayé de s’en sortir. Il a présenté son attelage comme un modèle qui a anticipé l’appel de Cambadelis de l’union à gauche. On ne le connaissait pas aussi prétentieux. Son propos était destiné au PS parisien qui risque de perdre les Régionales.

Annette a gâché l’union à gauche. Il lui aurait suffi de rassembler toutes les composantes qui étaient présentes au Congrès du PS. Pourquoi a-t-il décidé d’exclure le PCR, ses amis du Progrès et le PRG ? Il a parié sur la disparition de ces organisations. Peine perdue ! Bello a commencé à sentir le souffle quand le soir où elle devait triompher, elle fut obligé d’annoncer qu’elle n’a pas d’adversaire à gauche. Une façon de noter qu’il n’y a pas d’union a gauche et qu’elle devra affronter une concurrence. Quel aveu d’échec ! Obligé d’insinuer que le PCR et le Progrès sont devenus des gens fréquentables. Que ne ferait-elle pas pour avoir le pouvoir ?

Voilà un scénario dont elle se serait passé bien volontiers. Ira-t-elle jusqu’à s’humilier pour une investiture mendiée ?


Kanalreunion.com