Edito

Après l’accord de Minsk, la France vend le Rafale à un allié de la Russie

Témoignages.re / 13 février 2015

Avant de participer au sommet de Minsk, Vladimir Poutine était en visite en Egypte. Le président de la Russie a passé deux jours, lundi et mardi, avec son homologue, Abdel-Fattah El-Sisi.
Les deux pays comptent renforcer leur coopération dans des domaines très sensibles. Ainsi, la Russie pourra participer à un appel d’offres pour la première centrale nucléaire construite en Egypte. Cette signature a été précédée d’une autre entre Gazprom et l’Egypte, sur un contrat de fourniture de gaz pendant 5 ans.
Le président égyptien a aussi lancé un appel aux investisseurs russes, leur souhaitant la bienvenue.
Sur le plan politique, la Russie et l’Egypte ont décidé de renforcer leur coopération dans la lutte contre l’État islamique, une création de la déstabilisation du Moyen-Orient par les Occidentaux.
Les accords signés traduisent donc un climat de confiance entre les dirigeants de l’Egypte et de la Russie, ce qui signifie qu’en ce moment, ce sont des alliés.

48 heures plus tard, juste après la signature de l’accord de cessez-le-feu à Minsk, la France annonce que Dassault a réussi à vendre des avions Rafale à l’Egypte. C’est une première car jusqu’à présent, aucun pays autre que la France n’a voulu acheter cette arme de guerre.
Les plus hautes autorités s’étaient pourtant impliquées pour soutenir le marchand de canons français. On se rappelle encore de Nicolas Sarkozy allant vanter au Brésil les mérites de l’avion français, et de Lula renvoyant sur son successeur la responsabilité de prendre la décision. C’est un avion suédois qui a finalement emporté le marché.
En Inde, les négociations sont plus avancées mais il est difficile de tomber d’accord sur le lieu de fabrication des avions. Les Indiens veulent que la plupart soient construits en Inde avec tout le transfert de technologie que cela implique. L’Inde pourrait donc très bien se tourner vers la Russie plutôt que vers la France.

C’est lundi que le contrat doit être signé entre Dassault et les Egyptiens. Si cela se concrétise, alors la France vendra à un pays ami de la Russie une technologie militaire de pointe. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que la livraison prochaine des bateaux de guerre Mistral à la Russie ait été annoncée par l’agence russe Interfax, avant d’être démentie quelques heures plus tard par Laurent Fabius. Un simple report ?


Kanalreunion.com