Edito

Au-delà des élections régionales …

LB / 16 décembre 2009

Actuellement, on peut voir à la télévision un clip publicitaire payé par l’État — et donc par les contribuables — qui fait l’éloge du Grenelle de l’Environnement, avec de belles images sur les énergies inépuisables, sur les nouveaux modèles de constructions écologiques et sur les autres modes de déplacements à développer, comme le tram-train. Cette publicité officielle pour des projets soutenus par le gouvernement est accompagnée de ce mot d’ordre : « Entrons (ainsi) dans le monde d’après, pour que rien ne soit plus comme avant ».
Un autre clip a été présenté sur les médias il y a quelques jours ; il s’agit d’une chanson enregistrée récemment par les ministres en France et appelant les citoyens à rejoindre l’UMP. Cet appel à soutenir le parti présidentiel s’adresse à « tous ceux qui veulent changer le monde, changer la société ».

Évidemment, les personnes qui ne sont pas du même bord politique seront pour le moins réservées, voire sceptiques devant de telles proclamations, qu’elles pourront juger en contradiction avec la politique injuste, car pro-capitaliste, menée par le pouvoir en place. Mais nous n’allons pas entrer aujourd’hui dans ce débat, même s’il est légitime.
La question préalable que nous voulons poser après avoir évoqué ces clips et après avoir vu ce qui s’est passé dimanche dernier à Saint-Pierre au premier meeting de Didier Robert pour les élections régionales de mars 2010 est la suivante : qu’a proposé le "phagocyteur de l’UMP" pour aller réellement dans le sens des transformations proclamées par ce parti ? La réponse est claire : rien du tout.

Dans ce qu’il appelle son « discours fondateur », le député-maire tamponnais n’a apporté aucune contribution concrète et globale aux grands débats actuels sur le nouveau modèle de développement à mettre en œuvre à La Réunion ni sur les moyens pour enrayer le réchauffement climatique dans le monde. Avec ses complices ultra-réactionnaires, il s’est contenté d’accumuler les injures et les mensonges contre son adversaire à abattre.
Il est clair que pour les Réunionnais, un comportement aussi creux que belliciste ne passera pas et il conduit le clan Didier Robert à la perte, tellement il va s’isoler. C’est pourquoi, au-delà des élections régionales, c’est l’alliance la plus large des Réunionnais pour résoudre nos problèmes qui est plus que jamais la priorité.

L. B.


Kanalreunion.com