Edito

Aux Etats-Unis, des Blancs témoignent de la discrimination dont ils ont bénéficié

J.B. / 8 décembre 2014

Quelle pratique le monde entier allait-il tirer des enseignements laisser par Mandela ? La réponse qu’il a imaginée pour sortir de l’affrontement brutal entre Noirs et Blancs allait-elle trouver un terrain d’expression rapide ? Contre toute attente, elle est venue des Etats-Unis, pays où l’Egalité n’existe pas entre Noir et Blanc.

En moins d’un mois, des policiers catalogués Blancs ont donné la mort à trois victimes, toutes Noires. A chaque fois, ils ont été « blanchis » par le système judiciaire, malgré des témoignages vidéos incontestables. D’importantes protestations ont eu lieu dans plus de 200 villes américaines ; cela a même débordé en Europe. Les médias ont été contraints de reprendre en boucle des images profondes de l’illusion du rêve américain. La fameuse « Américan way of Life » est en réalité celle d’une bourgeoisie riche, minoritaire et Blanche. A l’autre bout pointe la majorité, inquiète et Noire. L’administration - même évoluée – favorise les Blancs. L’incarnation du modèle, c’est Obama.

Ces évènements de discrimination raciale s’inscrivent dans le contexte de l’anniversaire de la disparition de Mandela, le 5 décembre. Après l’Afrique du Sud, c’est aux Etats-Unis que ses enseignements ont été les plus réactifs et significatifs. La bourgeoisie blanche américaine est prise à revers. En effet, des Blancs ont déclenché un mouvement de « tweet » pour témoigner comment ils ont eu des déboires avec la Justice mais ont été libérés parce qu’ils sont Blancs. C’est un geste de solidarité envers les Noirs qui n’est plus seulement formel. C’est un engagement à dire la vérité. S’agirait-il d’une forme adaptée de « Vérité et Réconciliation » qui pourrait déboucher sur une ligne de classe ? Trop tôt pour le dire. À suivre.


Kanalreunion.com