Edito

Avant le spectacle, le combat syndical

Geoffroy Géraud-Legros / 3 août 2010

Entre le requin-guitare, les grosses vagues et les habituelles litanies de faits-divers, on ne peut pas dire que l’actualité sociale a occupé la place qu’elle aurait méritée dans les colonnes des faiseurs d’opinion. « Comme d’habitude », faut-il malheureusement ajouter.
Pourtant, les symptômes d’effondrement accéléré de notre système économique et social se multiplient. C’est, 10 mois après, la souffrance toujours présente des salariés de l’ARAST, auxquels un assureur sans cœur refuse encore et toujours leur dû. Ce sont les 135.000 demandeurs d’emploi que compte aujourd’hui le pays. C’est le BTP qui s’effondre, entraînant avec lui des milliers d’ouvriers et de petits entrepreneurs. C’est la série de déferlantes de la crise mondiale et de la rigueur voulue par le pouvoir, renforcée encore dans notre pays par les absurdes arrêts de grands travaux, décidés par Didier Robert.

Au milieu de ce tableau, l’actualité immédiate nous donne pourtant des raisons de nous réjouir et d’espérer : La Réunion vient d’être classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais cette distinction que saluent tous les Réunionnais, pose une fois encore l’une des questions les plus essentielles de notre temps : quel est le contenu du "développement durable", dont nous parlons tant et entendons tant parler ? Quel sens prendra la protection des Pitons, des Cirques, des Remparts, de la faune et de la flore, si les femmes et les hommes de La Réunion poursuivent la dégringolade vers la grande pauvreté ?

Il faut agir, afin que le paradis d’une nature préservée ne finisse pas en simple décor pour l’enfer des hommes. Une nécessité martelée par Ivan Hoarau, CGTR, deux jours avant l’arrivée des bonnes nouvelles de Brasilia : la crise est dramatiquement sous-estimée. Son évolution constante menace tout et tous, ici, maintenant, mais aussi demain. Car le chômage d’aujourd’hui, c’est le gouffre dans les retraites à venir.
Des retraites qui, comme le développement durable, ne peuvent exister sans le socle d’une société de travail.
Aux côtés d’autres syndicats, la CGTR organise la riposte du travail, face à la rigueur imposée par le Gouvernement et le grand patronat. Et appelle à la mobilisation de tous à la grande manifestation du 7 septembre prochain. Pas un d’entre nous ne doit manquer à l’appel.

G.G.-L.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Le combat pour qu’on le respecte doit être spectaculaire.

    Il est déjà syndical, heureusement, mais il doit être ce 7 sept 2010 global.

    C’est-à-dire qu’au delà de tous les syndicats et de leurs syndiqués, la présence des travailleurs qui ne le sont pas, tous les chômeurs, les sans-emplois, les étudiants et pourquoi pas les élèves, car on ne peut régler le problème des retraites sans s’occuper d’abord de tous ceux qui doivent cotiser.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • D’accord avec vous géraud legros, le patrimoine de l’unesco c’est bien, mais si les ptits zozios chantent pour les miséreux et les chomeurs c’est pire encore qu’avant
    et c’est ça le proje de SARKO-GONTHIER-ROBERT, des gros richards vont crazer leur maloyé dans l’entourage préservé pendant que des réunionnais vont ramassé leurs papiers gras pour rien

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • il faut que tous les travailleurs se donnent la main pour faire reculer SarkoZy et son pantin ROBERT

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • liliane, on dirait que rien n’avance, l’ARAST a donné une conférence de presse hier : pas d’indemnité et pas de travail pour les persones de l’ARAST vraiment elles sont courageuses, mais les syndicats et la justice ne fait rien pour ces femmes

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Le 7 septembre 2010, les retraités devraient être en premières lignes, car à l’allure où vont les restrictions, si on ne peut pas retirer le nombre de points pour chaque retraité, à ne pas se méfier qu’on le fasse pour la valeur du point serait une erreur plus que regrettable.

    Le 7 septembre devrait être le jour pour le réunionnais de faire reculer cette peur de la retraite en se solidarisant pour une société de travail.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com