Edito

Briser la conspiration du silence

J.B. / 26 août 2015

Vendredi dernier, Paul Vergès a lancé la bataille décisive de la campagne des Régionales. Il avait dit qu’il prendrait une part très active dans les Régionales, il a respecté ses engagements, en annonçant par avance les thèmes de 3 points presse consécutifs. Cette offensive idéologique sur les problèmes concrets de la société réunionnaise s’oppose à l’idéologie portée par des personnes qui annoncent qu’elles sont candidates, puis exigent que les autres doivent passer derrière “moi” parce que “je” suis forcément la meilleure, enfin, la population doit “me” suivre car mon nom seulement suffit. Le cas de Bello (Bello 2015) est typique de cet abaissement idéologique.

Dans la morne plaine des sondages orientés et des exhibitions médiatiques insipides, Paul Vergès a exposé la fin de l’économie sucrière. Ce dossier est essentiel pour une Collectivité qui a accepté la compétence en matière de “coordination économique”. La Région doit sauver la filière canne-sucre. Après la période des épices et celle du café, c’est une histoire de 300 ans qui fout le camp. Paul Vergès parle même d’une conspiration du silence qui vise à maintenir la population dans l’ignorance et les intéressés dans le défaitisme.

L’infatigable militant montre l’exemple. Il est en train de remporter 2 victoires décisives en faveur du peuple : le transport collectif par voies ferrées et le danger imminent de l’océan. Le dessinateur du JIR résume la situation en présentant Thierry Robert à la batterie, Huguette Bello et Didier Robert à la guitare chantonnant en choeur “Et j’entends siffler le train” devant un Paul Vergès médusé ou (amusé). Et, c’est l’étude du BRGM qui vient confirmer que devant la montée de l’océan, plusieurs endroits du pays seront touchés provoquant l’exode climatique de plusieurs milliers de familles. Le JIR a consacré un deuxième dossier au phénomène du réchauffement climatique et ses conséquences : des pages très instructives.

Le JIR ne nous fait pas de cadeau. C’est un acteur de la vie politique réunionnaise. Il faut se rappeler avec quelle assiduité, il a soutenu la division de Bello ; cependant, la digue s’effrite devant les réalités qui illustrent la lutte idéologique que nous menons. En élargissant le débat, l’Histoire notera que, depuis 2001, Paul Vergès préside l’ONERC (Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique), dans l’ignorance entretenue par les grands médias. Il remet chaque année des recommandations au gouvernement qui servent de matrices pour les décisions gouvernementales. Ces 14 ans d’ostracisme rappelle étrangement les dizaines d’années où il était interdit d’antenne radio et TV.

Pourtant, cet apport décisif d’un Réunionnais à un débat mondial connaîtra un couronnement en décembre, parallèlement aux élections Régionales. Si seulement nos médias pouvaient constater le lien historique entre les 2 échéances, sachant que la compétence supérieure du Conseil Régional est de délibérer sur l’aménagement du territoire qui doit déboucher sur un schéma opposable à tous par décision du Conseil d’Etat. C’est fort de son expertise et de sa vision d’avenir qu’il prépare le 3e sujet de sa conférence de presse annoncée : le climat. Entre temps, hier, il a condamné la Nouvelle Route du Littoral. En l’absence des 2 chaînes de télévisions.

La confrontation idéologique est une exigence politique quotidienne car chaque jour des élus décident au nom du peuple mais, dans les faits, défendent leurs intérêts catégoriels ou personnels. Train, Climat, Canne, NRL, etc la plateforme de rassemblement des forces vives de la société réunionnaise est en marche.


Kanalreunion.com