Edito

C’est fini la récréation

Témoignages.re / 15 février 2012

La Réunion a connu hier sa première journée de blocage routier. On sentait venir. On n’en est pas encore au blocus de la Région en 2008 avec la bénédiction du préfet de l’époque Maccionni, qui se distingua en déclarant « un général en chef ne dévoile pas son plan ». Cette fois, le préfet est contre. L’exécutif régional a changé. Le nouvel occupant qui soutenait, jadis, les transporteurs se déclare impuissant devant la revendication d’une baisse substantielle du carburant.

La contradiction principale de ces manifestations réside dans le fait que ceux qui se sont ligués contre la présidence régionale de 2008 se trouvent maintenant face à face. Le pouvoir politique est dans une position très inconfortable après avoir poussé à la roue et joué la démagogie. De 2008 à 2012, l’augmentation de plus de 40% du prix du carburant est inexplicable sauf à considérer que l’Etat a laissé faire. Or, l’autorité de la concurrence avait pointé le doigt sur une bizarrerie tropicale : « les pétroliers décident, le préfet s’exécute ».

Aujourd’hui, comme hier, l’appel aux pétroliers est très pathétique. On les supplie de faire un geste au lieu de leur demander des comptes ! Total vient d’annoncer 13 Milliards de bénéfice. Quant au président du Conseil régional, comme il s’est fait une spécialité en subventionnant le prix du gaz avec l’argent public, dès lors, il aura du mal à expliquer qu’il « ne sait pas faire » pour le carburant ? Il vide le budget de la Région pour subventionner les billets d’avion, les ordinateurs et faire la fête. Même Air Mauritius bénéficie de ces subventions !

L’autre contradiction de la situation réside dans le contexte électoral des présidentielles. Les 2 prochains mois verront l’atterrissage de François Hollande et Sarkozy dans notre île ; ce sont les 2 prétendants les plus sérieux de la compétition. Ils n’échapperont pas aux questionnements des consommateurs réunionnais sur la flambée des prix et l’impuissance du pouvoir à protéger le peuple, notamment les couches les plus fragiles.

Certainement, les équipes de campagne ne s’attendaient à ce que le peuple s’empare de la campagne de cette façon. Tous les plans des candidats seront confrontés à la dure réalité de la situation réelle des Réunionnais : logement social, emploi, pouvoir d’achat, prix, transport, énergie, fiscalité, etc. Le PCR rassemblera ses délégués dimanche pour évaluer la gravité de la situation et faire ses propositions pour 5 et 10 ans. Comme on connaît ses dirigeants, nous aurons droit à un discours de vérité, de courage et sans démagogie.

Les anti-communistes et leurs complices n’ont plus d’échappatoire. Ils devront abattre leurs cartes et montrer leur sens des responsabilités ! Cette fois, c’est sûr, 65 ans de récréation, c’est fini !

 J.B. 


Kanalreunion.com