Edito

C’est vous qui payez

Geoffroy Géraud-Legros / 28 février 2011

Si vous avez l’habitude de faire vos emplettes dans certaines grandes surfaces, vous aurez sans doute remarqué les larges écrans installés en surplomb des caisses, qui retransmettent les programmes d’une chaîne privée. Y tourne en boucle un spot, réalisé par la Région Réunion, ventant les mérites du bilan de la majorité UMP aux affaires depuis mars 2010. Le clip, soit dit en passant, vaut son pesant de pistaches : les réalisateurs se sont donnés beaucoup de mal pour y montrer, images à l’appui, que ladite Région a bien travaillé avec votre argent à la réalisation de grands chantiers « utiles » — les réalisateurs ont bien pris la peine de préciser : utiles.

Première de ces belles images : la route du Littoral. Sans commentaires. Même chose dans les journaux (“Témoignages” excepté) : la Région y achète d’énormes encarts pour montrer qu’elle bosse, contrairement à ce que racontent les mauvaises langues qui ne veulent voir que les cocktails et buffets en Chine, à Maurice, en Australie, en Métropole, etc.
De coûteuses pages (plusieurs milliers d’euros chacune) par lesquelles le service com’ de la Région égrène les gros chiffres d’argent dépensés « pour notre bien » : et il en faudra, du papier, pour faire croire que la nouvelle route du Littoral est quasiment achevée, que 2.000 bus au GPL rutilants piaffent d’impatience dans des hangars, que toutes les routes du pays sont prêtes pour les accueillir, que s’être faits jeter d’Australie comme des malpropres a fait progresser nos relations internationales, que le pétrole vaut mieux que l’énergie solaire, que l’incinérateur est bon pour la santé, que Valérie Bénard alphabétise et que Fabienne Couapel-Sauret fait quelque chose.

La com’ à coup de massue : après 4 ans de sarkozisme, les citoyens commencent à avoir éventé les procédés destinés à leur bourrer le mou quand arrivent les élections. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : le matraquage que l’on vous inflige par médias interposés a pour seul but de vous faire voter UMP aux Cantonales. Des Cantonales sur lesquelles Didier Robert entend bien mettre la main : on l’a vu, samedi dernier, faire la promotion de Serge Camatchy en terre saint-andréenne. Histoire de montrer à qui vous savez qui, aujourd’hui, est le vrai patron de la droite réunionnaise… et que l’UMP ne digère pas d’avoir été évincée de la grande ville de l’Est par la victoire d’Éric Fruteau. Le président de la Région a de surcroit annoncé qu’il entamerait un tour de l’île, afin de soutenir les candidats de la liste UMP “La Réunion en confiance”. Comme quoi on peut diriger une Région, être premier adjoint d’une grande commune, présider une communauté de communes et une SPLA, avoir une liste de responsabilités longue comme le bras et trouver du temps libre pour aller tenir meeting dans le chemin avec les petits copains.
C’est que l’enjeu est alléchant : s’il maîtrisait le département par pions interposés, Didier Robert pourrait y téléguider la mise en place du programme de rabotages, coupes et abandons divers de la mission sociale dicté par Paris. De quoi se faire bien voir là-bas et espérer une petite promotion, en ces temps où les remaniements se multiplient… Main basse sur les compétences sociales du Conseil général, promotion de Didier Robert dans les rangs de l’UMP : voilà à quoi servent les divers étalages de « bilans » que vous trouvez dans vos journaux, dans vos programmes télés, et même dans votre grand magasin. Mais souvenez-vous : c’est vous qui payez.

GGL


Kanalreunion.com