Edito

Casse sociale : la menace s’amplifie

J.B. / 30 juin 2017

JPEG - 13.7 ko

À quelques jours de la déclaration de politique générale du gouvernement, un rapport de la Cour des comptes vient de paraître. Il annonce un déficit public plus important qu’annoncé par le gouvernement sortant. Plusieurs ministres se sont aussitôt saisis de l’occasion. En effet, le programme d’Emmanuel Macron prévoit des réductions de dépenses publiques. Le gouvernement trouve donc un argument idéal pour justifier une aggravation de la politique d’austérité. Le ministre responsable de la fonction publique a d’ailleurs lancé la première salve : les fonctionnaires connaîtront une nouvelle année de gel du point d’indice.

C’est le deuxième versant d’une casse sociale annoncée dans le programme du nouveau pouvoir. Le président de la République veut en effet recourir aux ordonnances pour remettre en cause à marches forcées des avancées sociales contenues dans le Code du Travail. Le projet de loi prévoit que le salaire, le temps de travail, la rémunération des heures supplémentaires soient définies dans chaque entreprise. Ce serait alors la fin des conventions collectives. Il souhaite aussi faciliter considérablement les licenciements, tout en inscrivant dans la loi un plafond pour les dommages et intérêts versés en cas de licenciement abusif.

La mise à mort du CDI est à l’ordre du jour, avec la généralisation du CDI de mission. Ce contrat peut être rompu à l’initiative de l’employeur dès qu’un travail pour lequel une personne a été embauchée est terminé.

Face à ce projet, les syndicats sont en grand danger, et par conséquent les droits des travailleurs. Il ne reste que la mobilisation pour barrer la route à la casse sociale.

J.B.