Edito

Ce n’est qu’un début

LB / 29 avril 2010

À La Réunion, depuis des mois, des personnes disent qu’il y a un très gros risque d’aggravation de la situation sociale, à cause de la crise économique internationale et de ses répercussions dans notre île. Souvent, ces déclarations sont accueillies dans l’indifférence : koz touzour !
Or, ce qui est en train de se passer en Europe est très préoccupant de ce point de vue ; et cela confirme que l’on a tort de sous-estimer l’impact de cette crise dans notre pays. En particulier, la crise financière en Grèce, qui se répand dans d’autres pays européens, illustre la gravité du problème.

À cela s’ajoute l’humiliation ressentie par exemple par les Grecs, qui se sentent contraints de devoir recourir à l’aide du FMI (Fonds monétaire international). Or le FMI est de plus en plus financé par des pays dits émergents, comme la Chine, l’Inde et le Brésil.
Voilà donc un pays dit développé, faisant partie d’un continent riche comme l’Europe, qui se dit obligé d’être secouru par des pays dits sous-développés. Et pendant ce temps, que font les pays membres de la zone euro à laquelle appartient la Grèce, sinon galérer avec des déficits publics records creusés par leurs profiteurs… ?

Avec tout cela, nous ne sommes pas au bout de nos mauvaises surprises. Et ceux qui croient ou tentent de faire croire que les cris d’alarme lancés par l’Alliance ne sont que des disques rayés finiront par en payer les frais.
Dès à présent, en tant que Réunionnais voulant entrer dans l’ère de la responsabilité, nous devons mettre en place les moyens de faire face à ce phénomène. Car c’est une crise sans précédent et ce n’est qu’un début.

L. B.


Kanalreunion.com