Edito

Ce peuple réunionnais est vraiment génial

J.B. / 7 novembre 2012

Tout le week-end, j’ai côtoyé beaucoup de personnes venues rendre hommage à « Laurence ». L’évocation de ce simple prénom suffisait pour libérer la parole. Qu’est-ce qu’on apprend dans une veillée mortuaire ! Nous avons un peuple vraiment génial capable d’enfanter une personne hors du commun.

Imaginez une enfant, née en France, dans un pays qui colonise le monde depuis 5 siècles. Un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais. Une puissance politique, économique, militaire et culturelle. Instruite à l’histoire des faits d’armes de la France coloniale, c’est pourtant, à La Réunion, un minuscule territoire de 2500km2, qu’elle structure sa famille dans une confrontation singulière avec le pays de sa naissance. Aucun gouvernement français n’a fait de cadeau à sa famille ; elle n’aura même pas la grâce due à son origine ou bien à l’engagement de son mari dans les Forces Françaises Libres.

Imaginez Laurence faisant face à toutes les humiliations, calomnies, mensonges, trahisons et coups portés à ses proches quand ce n’est pas à elle-même. Comment faisait-elle pour encaisser tout ce qu’elle entendait sur son mari, ses enfants, ses amis ? J’ai appris comment elle a réagi face aux CRS qui venaient d’assommer Paul, inanimé sur le trottoir de Saint-Denis, en 1959. Mais, comment a-t-elle réagi quand des adversaires politiques ont tiré sur Paul, à Saint-Paul, et sur Pierre, au Port ? Soixante-cinq ans d’une vie familiale où chaque jour pouvait signifier un drame. D’autres ont payé un lourd tribut quand même : un livre a été consacré à nos 7 martyrs du pouvoir colonial et de ses représentants locaux.

Imaginez Laurence, quand le 17 octobre 2012, il y a 3 semaines, le Président de la République reconnaît le massacre des Algériens, à Paris, en 1961 ; sachant que cet évènement a été la cause qui a déclenché 28 mois de séparation physique avec son mari. Comment vivre ces moments où l’Histoire donne raison à votre résistance héroïque ?

J’aurais pu prendre d’autres moments pour poser la question essentielle : comment a-t-elle fait durant ces 65 ans, en terre réunionnaise ? Je ne cherche pas à répondre. Mais, seulement, à comprendre le sens de tous les hommages qui lui sont rendus.

En épousant la lutte des Réunionnaises et des Réunionnais, dans une société encore marquée par près de 3 siècles d’esclavage et de colonisation, elle a révélé au grand jour la capacité de notre peuple d’intégrer des personnes étrangères. L’hommage multiforme qui lui est rendu peut être compris comme le symbole d’un acte de reconnaissance et de remerciements. Cela vient de La Réunion, pas de son pays d’origine. Cela prouve qu’on a vraiment un peuple génial, car il sait reconnaître les siens et leur rendre hommage, avec simplicité.

Ary Yee Chong Tchi Kan


Kanalreunion.com